Jump to content
ForumPSG.com

All Activity

This stream auto-updates     

  1. Today
  2. tonato

    Séries TV

    J'ai pas trop capté non plus, jpensais au debut que c'etait ce qui etait arrivé avant le tout debut mais en fait non Bon apres ils tentent des trucs. Par contre t'as loupé la fin du coup. Jvais matter ca aussi ca parait pas mal.
  3. C'est déjà le cas "ils jouent le titre"
  4. Gufetto de Oro

    Cinéma

    yes ! que kif ce film.
  5. GROUPE A Paris SG - Real Madrid : 2-1 Club Bruges - Galatasaray : 1-1 GROUPE B Bayern Munich - Crvena Zvezda : 3-0 Olympiakos Pirée - Tottenham Hotspurs : 1-2 GROUPE C FC Shaktar Donetsk - Manchester City : 0-2 Dinamo Zagreb - Atalanta : 1-2 GROUPE D Athletico Madrid - Juventus : 1-1 Bayer Leverkusen - Lokomotiv Moscou : 2-1 GROUPE E Naples - Liverpool : 2-2 Salzbourg - Genk : 1-0 GROUPE F Inter - Slavia Prague : 2-0 Borussia Dortmund - Barcelone : 1-1 GROUPE G Lyon - Zenith : 2-0 Benfica - RB Leipzig : 1-1 GROUPE H Chelsea - Valence : 1-0 Ajax - Lille : 1-2
  6. +1 Le contraste entre leur attaque et leur défense est incroyable. Je sais pas comme ils ont pu être champion en 2017 avec la charnière Glik Jemerson quand tu les vois maintenant.
  7. Sinon attention enflammade à venir dans le sud, ça devrait pas tarder à parler du titre et de Benedetto en meilleur joueur du championnat
  8. Jardin qui va reprendre un chèque de 10 millions bientôt. Le meilleur job du monde lui La Défense c’est une putain de blague, glik marican ils sont tous les deux au-dessus des 20 secondes au 100 mètres ballot toure est nul et tu ajoutes un fabregas à la rue ça te donne 16 buts encaissés en 5 matchs. C’est une sacré limite pour voir plus haut leur défense. Parce que devant par contre ça peut être très très fort, slimani benyedder c’est fort ensemble
  9. gros match de Rabiot ce we !
  10. ils sont affligeants. Ils ont équipe qui doit viser le top 3 sans forcer et ils se font taper par les ploucs du sud-est français
  11. Ce qui est bien, c'est que quelque soit les époques on aura toujours les mêmes débats mais qu'à chaque fois on a l'impression qu'ils sont nouveaux
  12. Yesterday
  13. Le principe est simple, pour chaque match vous concernant, vous indiquez le score. Le barème des points est le suivant : 3 points pour le bon résultat. 1 point si vous trouvez le vainqueur ou le nul sans avoir le score exact. 0 point si vous faites un bide. GROUPE A Paris SG - Real Madrid : Club Bruges - Galatasaray : GROUPE B Bayern Munich - Crvena Zvezda : Olympiakos Pirée - Tottenham Hotspurs : GROUPE C FC Shaktar Donetsk - Manchester City : Dinamo Zagreb - Atalanta : GROUPE D Athletico Madrid - Juventus : Bayer Leverkusen - Lokomotiv Moscou : GROUPE E Naples - Liverpool : Salzbourg - Genk : GROUPE F Inter - Slavia Prague : Borussia Dortmund - Barcelone : GROUPE G Lyon - Zenith : Benfica - RB Leipzig : GROUPE H Chelsea - Valence : Ajax - Lille : Vous avez jusqu'au Mardi 17 Septembre 19h00
  14. Keylor Navas : retour sur une première qui fait chavirer le PSG Ambre Godillon Yahoo Sport15 septembre 2019 à 11:54 UTC+2 Pour son tout premier match sous la tunique parisienne, Keylor Navas s’est employé à montrer ses qualités. Retour sur cette première pleine de promesses. Pour la réception de Strasbourg à l’occasion de la 5e journée de Ligue 1, il y avait tant de sujets sur le feu que l’enjeu sportif semblait même désuet. Évidemment, tous les yeux étaient braqués sur Neymar Jr, puis sur Mauro Icardi, et enfin, sur Keylor Navas. Contrairement à ses deux coéquipiers, il ne fait pas de vagues, ne débarque pas avec un passif embrumé de conflits, et ne prétend pas non plus au statut de star qu’ils alimentent. Keylor Navas est plutôt de la trempe de ceux qui font le boulot dans l’ombre, de ceux qui parviennent à conquérir les coeurs en serrant les poings. D’ailleurs, pour sa toute première rencontre sous la tunique parisienne, l’international Costaricien a présenté une belle vitrine de ce qu’il allait offrir au Paris Saint-Germain : de l’humilité, du charisme et de belles sorties. UN MATCH PLEIN Ce samedi soir, Keylor Navas entrait dans le vif du sujet, dans l’antre bouillonnant du Parc des princes, survolté par les retrouvailles après une trêve internationale. Et parce qu’il n’y a plus de chimères autour de la hiérarchie, c’est évidemment dans le rôle de n°1 que le portier s’est posté face à des Strasbourgeois déterminés à faire vaciller les leaders du championnat. Et si la nouvelle recrue pensait avoir le temps de s’acclimater à la Ligue 1, les Alsaciens ne lui en ont pas laissé le temps. Dès la première mi-temps, c’est un bel arrêt qui lui permet de repousser la frappe d’Ajorque (17e). Son tout premier en Ligue 1, et pas des moindres : il y a de l’effet, du style, et surtout un geste qui sauve les siens en étant pourtant masqué. Quelques interventions cliniques et dégagements tranquilles plus tard, le gardien s’est à nouveau employé à deux reprises pour repousser les assauts de Lala (64e) et à nouveau d'Ajorque (74e). Des gestes sereins, mais surtout décisifs. Car si Neymar a offert le but victorieux ce samedi soir, c’est bien Navas qui avait sorti les siens du pétrin à plusieurs reprises. Alors forcément, la comparaison s’impose naturellement avec ses prédécesseurs, qui ont peiné à se trouver un jour dans un tel climat de confiance pour s’offrir un vrai match référence. Navas semble avoir cet instinct, cette main ferme, et ce flegme qui ne le déconcentre jamais, dans un match où les interventions se font rares mais peuvent être vénéneuses. Navas ne tremble pas, et ne fait pas trembler : voilà donc toute la différence. De par son assurance, de par son autorité naturelle aussi, le N°1 dégage une sérénité auprès de sa défense que l’on a finalement trop peu vue ces dernières saisons à Paris. Une confiance qui devrait pourtant être le lot commun des portiers. Forcément, avec trois Ligue des Champions dans les valises, un statut qui n’est plus à prouver et une hiérarchie clairement établie, le trentenaire a été mis dans des chaussons pour exprimer son talent... Mais force est de constater, après ce match face à Strasbourg, que Navas a déjà envoyé des signaux plus que positifs, notamment dans ses injonctions auprès de la défense et de son capitaine Thiago Silva. De cette ingérence logique, on retiendra surtout les prémices d’un leadership finalement très naturel. UNE COMMUNICATION PARFAITE Être impérial entre les deux poteaux, c’est pour ça que Keylor Navas a été débauché. Être puissant dans les airs, rigoureux au sol et sobre sur le terrain, c’est aussi sa marque de fabrique. Mais au-delà du terrain, nul ne peut désormais ignorer que lorsque l’on signe dans la Ville Lumière, on sera également attendu au tournant médiatique. Et sur ce terrain aussi, le joueur de 32 ans semble scier parfaitement aux attentes de la capitale, comme s’il avait compris que la rigueur et l’amour du club seraient les clés de voute d’une communication réussie. « Le match a été difficile mais les grandes équipes sont capables de gagner ce genre de matches avec de l'envie et du caractère. Je voudrais remercier les supporters pour l'accueil et l'affection que j'ai reçue. J'étais ravi d'avoir découvert le Parc des Princes et je suis content d'avoir gagné ce premier match », a d’ailleurs déclaré l’intéressé après son premier match au micro de BeIn Sports avant d’offrir la phrase qui peut mettre le Parc à genou : “Depuis mon arrivée, j'ai l'impression d'être à la maison, comme si ça avait été ma maison toute ma vie.” AccueilVidéosFootballTennisNBAFormule 1RugbySports d'hiverAuto-MotoCyclismeGolfBlogs Keylor Navas : retour sur une première qui fait chavirer le PSG Ambre Godillon Yahoo Sport15 septembre 2019 à 11:54 UTC+2 Pour son tout premier match sous la tunique parisienne, Keylor Navas s’est employé à montrer ses qualités. Retour sur cette première pleine de promesses. Pour la réception de Strasbourg à l’occasion de la 5e journée de Ligue 1, il y avait tant de sujets sur le feu que l’enjeu sportif semblait même désuet. Évidemment, tous les yeux étaient braqués sur Neymar Jr, puis sur Mauro Icardi, et enfin, sur Keylor Navas. Contrairement à ses deux coéquipiers, il ne fait pas de vagues, ne débarque pas avec un passif embrumé de conflits, et ne prétend pas non plus au statut de star qu’ils alimentent. Keylor Navas est plutôt de la trempe de ceux qui font le boulot dans l’ombre, de ceux qui parviennent à conquérir les coeurs en serrant les poings. D’ailleurs, pour sa toute première rencontre sous la tunique parisienne, l’international Costaricien a présenté une belle vitrine de ce qu’il allait offrir au Paris Saint-Germain : de l’humilité, du charisme et de belles sorties. UN MATCH PLEIN Ce samedi soir, Keylor Navas entrait dans le vif du sujet, dans l’antre bouillonnant du Parc des princes, survolté par les retrouvailles après une trêve internationale. Et parce qu’il n’y a plus de chimères autour de la hiérarchie, c’est évidemment dans le rôle de n°1 que le portier s’est posté face à des Strasbourgeois déterminés à faire vaciller les leaders du championnat. Et si la nouvelle recrue pensait avoir le temps de s’acclimater à la Ligue 1, les Alsaciens ne lui en ont pas laissé le temps. Dès la première mi-temps, c’est un bel arrêt qui lui permet de repousser la frappe d’Ajorque (17e). Son tout premier en Ligue 1, et pas des moindres : il y a de l’effet, du style, et surtout un geste qui sauve les siens en étant pourtant masqué. Quelques interventions cliniques et dégagements tranquilles plus tard, le gardien s’est à nouveau employé à deux reprises pour repousser les assauts de Lala (64e) et à nouveau d'Ajorque (74e). Des gestes sereins, mais surtout décisifs. Car si Neymar a offert le but victorieux ce samedi soir, c’est bien Navas qui avait sorti les siens du pétrin à plusieurs reprises. Alors forcément, la comparaison s’impose naturellement avec ses prédécesseurs, qui ont peiné à se trouver un jour dans un tel climat de confiance pour s’offrir un vrai match référence. Navas semble avoir cet instinct, cette main ferme, et ce flegme qui ne le déconcentre jamais, dans un match où les interventions se font rares mais peuvent être vénéneuses. Navas ne tremble pas, et ne fait pas trembler : voilà donc toute la différence. Goal France ✔@GoalFrance "Ah ouais, il est bon !" Le cri du cœur d'Abdou Diallo après la première sortie de Keylor Navas avec le #PSG #PSGRCSA 888 20:48 - 14 sept. 2019 Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité 286 personnes parlent à ce sujet De par son assurance, de par son autorité naturelle aussi, le N°1 dégage une sérénité auprès de sa défense que l’on a finalement trop peu vue ces dernières saisons à Paris. Une confiance qui devrait pourtant être le lot commun des portiers. Forcément, avec trois Ligue des Champions dans les valises, un statut qui n’est plus à prouver et une hiérarchie clairement établie, le trentenaire a été mis dans des chaussons pour exprimer son talent... Mais force est de constater, après ce match face à Strasbourg, que Navas a déjà envoyé des signaux plus que positifs, notamment dans ses injonctions auprès de la défense et de son capitaine Thiago Silva. De cette ingérence logique, on retiendra surtout les prémices d’un leadership finalement très naturel. UNE COMMUNICATION PARFAITE Être impérial entre les deux poteaux, c’est pour ça que Keylor Navas a été débauché. Être puissant dans les airs, rigoureux au sol et sobre sur le terrain, c’est aussi sa marque de fabrique. Mais au-delà du terrain, nul ne peut désormais ignorer que lorsque l’on signe dans la Ville Lumière, on sera également attendu au tournant médiatique. Et sur ce terrain aussi, le joueur de 32 ans semble scier parfaitement aux attentes de la capitale, comme s’il avait compris que la rigueur et l’amour du club seraient les clés de voute d’une communication réussie. Loko@johnnywgv Impresionante la bienvenida de los aficionados del ⁦@PSG_espanol⁩ ⁦@PSG_inside⁩ buen partido el de Keylor Navas el día de hoy ojalá lo repita el miércoles 43 21:19 - 14 sept. 2019 Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité Voir les autres Tweets de Loko « Le match a été difficile mais les grandes équipes sont capables de gagner ce genre de matches avec de l'envie et du caractère. Je voudrais remercier les supporters pour l'accueil et l'affection que j'ai reçue. J'étais ravi d'avoir découvert le Parc des Princes et je suis content d'avoir gagné ce premier match », a d’ailleurs déclaré l’intéressé après son premier match au micro de BeIn Sports avant d’offrir la phrase qui peut mettre le Parc à genou : “Depuis mon arrivée, j'ai l'impression d'être à la maison, comme si ça avait été ma maison toute ma vie.” Enfin, pour ceux qui se demandaient comment Keylor Navas allait gérer les retrouvailles, mercredi, face à des Merengue avec lesquels il a tout raflé, l’intéressé semble clair : « Je veux défendre ce maillot à fond, c'est le plus important. Le passé reste derrière moi. J'ai vécu une période super au Real, mais maintenant je veux entamer un nouveau chapitre de ma carrière ici. Je veux gagner des titres. Avec une mentalité de vainqueur, toujours.» Alors oui, le natif de San Isidro fait pour l’instant un sans-faute. Sur le terrain, et en dehors, le casting semble enfin réussi. Le gardien, arrivé dans les sables mouvants des cages parisiennes, semble robuste sur ses appuis, à la fois honoré d’être là, prêt au combat, et déjà décisif. « J’essaierai de gagner le cœur des supporters parisiens, dont la ferveur est réputée dans toute l’Europe », affirmait le gardien pour sa toute première déclaration sur le site officiel du PSG.. Une chose est sûre, c’est qu’avec l’humilité d’un homme qui feint d’ignorer avoir un CV plus étoffé que le club dans lequel il s’est engagé, il offre déjà les prémices d’une belle idylle. Et s’il ne faut ni en tirer des conclusions définitives, ni s’imaginer qu’il ne commettra jamais d’erreurs inhérentes à son poste, Keylor Navas a déjà tiré quelques flèches dans les coeurs endoloris des supporters.
  15. faut savoir différencier le PSG et le délire "ultra" hein je suis sûr qu'au CUP y'en a qui en ont d'avantage rien à foutre des résultats du PSG qu'ici (oui bon pas de L'INSTITUTION par contre je te l'accorde) suffit de voir les réactions sur un but à la 92' qui fait gagner ton équipe
  16. https://www.beinsports.com/france/serie-a/video/serie-a-latalanta-cest-fou/1293440
  17. Qui s'en fout du psg ici ? Et tu comprends pas que Cavani la seule année où ça a été lui la tête de gondole on a pas été champion ? Le but de l'institution c'est qu'elle brille et elle passe moins pour une idiote quand elle caracole en tête que lorsqu'elle courre connement derrière monaco.
  18. J'aurai plus dit gitan avec l'histoire de la caravane toussa
  19. doran

    Basket

    C' est un miracle cette médaille. Heureusement que Batum sonne la charge et qu' Alibicy dégaine à 3 pts sinon Fournier serait encore de croquer à tout va. Merci aussi à l' Australie completement cramé, après leur double prolong du match d' avant. Ces 2 matchs sont tellement loin du niveau qu' ils peuvent avoir. Il a manqué un leader pr remotiver tout le monde dès la mi tps de l' Argentine,c' et dommage mais ils ont le temps de murir. Merci quand meme pour cette médaille, l' après TP / Diaw n' était pas forcément évident, mais on peut etre serain.
  20. La dareune

    Séries TV

    Le dernier episode de snowfall jai regardé 10 minutes jai arrêté pas kiffer cet episode bonus vie parallèle sans le traffic
  21. Cette fois ci j'en suis frangin. Faut pas déconner. Comme un siffleur de Neymar devant son but contre Strasbourg dans un match de début d'saison en ligue 1, s'il marque en finale de ldc ca va pas bouder son plaisir
  22. y a une rediff' ? J ai vu que les 3 dernières minutes du match.
  1. Load more activity
×
×
  • Create New...