Aller au contenu
ForumPSG.com
Slinky

Topic RIP

Recommended Posts

Invité

Bon..j'ai de mauvaises nouvelles...C'est bien confirmé qu'un jeune supporter parisien est décédé..et il s'agit malheureusement bien du futur PSP qui a fait l'anniv avec nous et qui connaissait certains jeunes de chez nous.. :(

Par contre, il s'appelait Richard, Tyler étant son pseudo sur notre forum

erf :pleur:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Triste tous ça.

Que Tyler qui aurait du être futur PSP repose en paix :(

Courage à la famille et aux proches.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le créateur de "Surprise sur prise", le célèbre animateur québécois Marcel Béliveau, est mort jeudi après-midi après un long combat contre le cancer. Il était âgé de 69 ans. Lire la suite l'article

 

Marcel Béliveau avait révélé en février dernier que le cancer s'était attaqué au seul poumon qu'il lui restait encore. Il avait précédemment combattu et vaincu cette maladie à deux reprises, en 1992 et en 1994. L'an dernier, il avait confié au site Web Canoë qu'il souffrait d'insuffisance cardiaque, en précisant que son coeur ne fonctionnait plus qu'à 30 pour cent de sa capacité.

 

"Il avait vraiment atteint la limite", a affirmé son fils Alain sur les ondes de la radio de La Pressse Canadienne (PC).

 

Béliveau s'est tout d'abord fait connaître au Québec avec l'émission "Surprise sur prise", dans laquelle des vedettes étaient victimes de blagues élaborées sous l'oeil vigilant de caméras cachées. L'émission sera diffusée pour la première fois pendant la saison 1987-1988, et elle est exportée en France dès 1989. Elle y sera diffusée jusqu'en 1998, battant régulièrement des records d'audience.

 

C'est le début d'une ascension fulgurante vers la gloire et la fortune pour cet homme originaire de Grand-Mère, près de Trois-Rivières, à quelque 140km au nord de Montréal, le long du Saint-Laurent.

 

Le concept de "Surprise sur prise" est vendu dans 93 pays et lui rapporte des recettes qu'il évalue à 487 millions de dollars canadiens (313 millions d'euros).

 

Béliveau côtoie les plus grandes célébrités et fait la navette entre Montréal et Paris chaque mois à bord du "Concorde" pour gérer ses affaires sur les deux continents, et il habite un appartement luxueux dans la Ville-Lumière.

 

Mais Marcel Béliveau ne défraie pas les manchettes des journaux qu'en raison de ses succès. Ses déboires, et ils seront nombreux, lui vaudront aussi une grande attention médiatique.

 

Son univers commence à s'écrouler quand il décide de se lancer en affaires. Parmi ses projets: une chaîne de restauration rapide, une agence de voyage et même un nouveau transporteur aérien.

 

Il parviendra à recruter quelques franchisés pour ses restaurants "La Joyeuse" et son agence de voyage. Toutefois, ces projets s'embourbent rapidement et les querelles se retrouvent devant les tribunaux. Béliveau avait accumulé des dettes totales de 2,4 millions de dollars canadiens (1,54 million d'euros), certains de ses biens avaient même été saisis devant les caméras de télévision, mais une entente intervenue en 1997 avec ses créanciers dont le fisc québécois lui permet d'éviter la faillite. Cette entente provoque la colère de certains investisseurs, qui ne se gênent pas pour l'apostropher vertement et l'invectiver en quittant la salle d'audience.

 

Marcel Béliveau avait refait surface pour la dernière fois en 2006 avec son projet Cinéma-Académie. Il cherchait alors à recruter une vingtaine d'acteurs inconnus pour jouer dans son premier film, "George-Henri T. est décédé". Chaque postulant avait dû débourser entre 10 et 30 dollars canadiens (6,4 et 19,3 euros) pour obtenir le privilège d'une audition.

 

Il laisse dans le deuil sa conjointe, ses cinq enfants et plusieurs petits-enfants. La famille a fait savoir, par voie de communiqué, qu'il n'y aura pas de célébration à caractère public mais ceux et celles qui le désirent pourront témoigner leur sympathie à la famille par écrit à une adresse internet qui sera rendue publique ultérieurement. AP

 

http://www.youtube.com/watch?v=

2xkKckbR9ro

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Triste fin :snif:

Les autorités thaïlandaises ont déclaré lundi que le FBI (police fédérale américaine) ne pourrait qu'observer l'enquête sur la mort de l'acteur américain David Carradine, retrouvé pendu la semaine dernière dans une chambre d'hôtel à Bangkok.

Selon l'enquête préliminaire de la police thaïlandaise, David Carradine serait décédé d'un accident de masturbation après avoir été découvert asphyxié, une corde attachée au cou et une autre à son organe sexuel.

Les circonstances du décès ont poussé la famille à demander l'aide du FBI.

«Le FBI peut observer ou demander aux investigateurs thaïlandais d'enquêter sur certains points, mais il ne pourra mener sa propre investigation ou recueillir des éléments», a déclaré Sirasak Tiypan, haut responsable au bureau du procureur général de Thaïlande. Ce dernier a toutefois souligné que, si le FBI en faisait la demande, les autorités de Bangkok étaient prêtes à examiner favorablement un rôle d'observateur pour la police fédérale américaine, comme cela a déjà été le cas pour d'autres enquêtes dans le passé.

La police de Bangkok a également rappelé qu'elle attendait des résultats d'analyses d'ici trois à quatre semaines avant d'aboutir à une conclusion officielle sur les causes du décès. Dimanche, le colonel de police Somprasong Yenthaum, qui mène l'enquête à Bangkok, a déclaré: «Notre travail va dans le bon sens. Les représentants de l'ambassade américaine ont suivi chaque étape de l'enquête dans la chambre d'hôtel»

Une femme de ménage de l'hôtel avait découvert jeudi dernier le corps sans vie de l'acteur américain, qui a été rapatrié samedi aux Etats-Unis. David Carradine, qui était âgé de 72 ans, fut le héros de la série télévisée «Kung Fu» et des films «Kill Bill» de Quentin Tarantino.

Le Parisien

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×