Aller au contenu
ForumPSG.com
doug

Anciens Parisiens

Recommended Posts

:D

 

sinon

pour 1 ibisevic (en surcote pour le moment comme arshavin pendant l'euro) on a eu combien de boskovic semak hugo leal bueno et potentiellement Ngog et Boli?

 

tant mieux si il cartonne ailleurs nous on s'en bat on a Hoarau :D

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il en est quand même à 13 buts en 11 matchs c'est un truc de fou ce qu'il fait le Ibisevic !

 

Victoire de Hoffenheim 4 - 1 contre Karlsruhe SC, et est toujours 1er....

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Manchester United 4 - 3 Hull City

 

BUTEURS

Cristiano Ronaldo (3e, 44e)

M.Carrick (29e)

N.Vidic (57e)

D.Cousin (23e)

B.Mendy (69e)

A.Dawson (82e)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le FC Barcelone a longtemps était une malédiction pour les joueurs français qui ont tentés de jouer sous les couleurs Blaugrana. En effet, des noms tels que Dugarry, Laurent Blanc ou encore Emmanuel Petit n’ont pas laissé de traces impérissables en Catalogne. Seul Ludovic Giuly peut se targuer d’avoir réussi à s’imposer. Un récent sondage réalisé par le quotidien sportif espagnol Sport révèle que deux français ont laissé une trace dans la mémoire des fans du club catalan.

 

Les supporters du Barça ont élu deux tricolores dans le pire onze du club durant les vingt dernières années ! Les deux hommes forment la charnière centrale de cette équipe à oublier pour les socios catalans. Il s’agit de Frédéric Déhu (35 ans, 18 apparitions sous le maillot du FCB en 1999/2000, aujourd’hui à la retraite) et Philippe Christanval (30 ans, 45 rencontres avec les blaugrana entre 2001 et 2003).

 

A noter que Christophe Dugarry, Emmanuel Petit et Richard Dutruel ont eut également des votes.

 

Le Onze-type : Reçber Rüstü – Gbenga Okunowo, Philippe Christanval, Frédéric Déhu, Winston Bogarde – Xabier Escurza, Fabio Rochemback, Dragan Ciric – Geovanni, Maxi López, Emmanuel Amunike.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Anciens : Hugo Leal retrouve un club

Qu’il est loin le temps où Hugo Leal débarquait dans la capitale pour 62 MF avec l’étiquette de grand espoir du football portugais ! Annoncé comme le futur maître à jouer de l’entrejeu parisien, le protégé de Luis Fernandez n’a jamais su prendre le jeu à son compte.

 

Aujourd’hui âgé de 28 ans, celui qui avait quitté le PSG en 2004 avec un parachute doré d’un million d’euros vient de s’engager avec le modeste club portugais de Trofense, promu cette saison en Liga Sagres (D1 portugaise).

 

Après son départ de Belenenses cet été, l’international portugais (1 sélection) s’est engagé pour une saison avec le club de la ville de Trofa, située dans le nord du pays.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le fabuleux destin d'Ibisevic

 

 

Supporteurs parisiens, le nom de Vedad Ibisevic vous dit peut être quelque chose. Ce jeune bosniaque a porté les couleurs parisiennes à quatre reprises lors de la saison 2004-2005. Aujourd'hui, il est le meilleur buteur de la Bundesliga et occupe la première place du classement avec son club d'Hoffenheim. Portrait.

 

Né le 6 août 1984 à Tuzla, en Bosnie-Herzégovine, Vedad Ibisevic (1,89m, 80kg) évolue actuellement chez le leader de la Bundesliga, le club d'Hoffenheim. Mais avant d'arriver au sommet, l'attaquant bosniaque a connu un parcours totalement atypique.

 

International chez les -16 ans puis chez les Espoirs, Ibisevic débute sa carrière professionnelle en Universitaire aux États-Unis entre 2002 et juillet 2004, après un intermède de dix mois en Allemagne et en Suisse. Aux USA, Ibisevic brille et inscrit 39 buts en 46 matches... Un tel ratio attire la convoitise de deux de ses compatriotes: Bazdarevic, alors entraîneur d'Istres et Vahid Halilhodzic, entraîneur du PSG. Après un court essai, Ibisevic s'engage finalement pour trois saisons avec le club de la capitale.

 

Jugé trop tendre pour la L1, le Bosniaque ne convainc pas. À l'hiver 2005, l'attaquant est donc prêté, puis recruté pour une saison supplémentaire à Dijon en Ligue 2 (33 matches pour 10 buts). En juin 2006, lbisevic est laissé libre par le club bourguignon, et décide alors de s'engager pour trois ans chez un promu en Bundesliga, Alemannia (Aix-la-Chapelle).

 

Vingt quatre matches et six buts plus tard, voilà l'attaquant bosniaque et son club d'Alemannia relégué en deuxième division allemande. Jusque-là, son parcours s'apparente à un véritable chemin de croix.

 

Mais tout s'accélère en juillet 2007, lorsque Vedad Ibisevic s'engage pour 1,2 millions d'euros avec le TSG Hoffenheim, tout juste promu en deuxième division allemande. Il inscrit 7 buts en 32 matches et participe à la montée historique de Hoffenheim en Bundesliga. C'est le début de la gloire...

 

De retour en première division en août dernier, le numéro 19 de Hoffenheim affole les compteurs. Après 11 journées, il pointe à la première place du classement des buteurs avec 13 réalisations. Mieux, la révélation de ce début de saison outre-Rhin permet à Hoffenheim, club d'une ville de 3500 habitants, d'occuper le sommet du championnat allemand devant des cylindrés comme le Bayern, Schalke ou encore le Werder de Brême.

 

Évidemment, de telles performances ne passent pas inaperçues et de nombreux clubs européens s'intéressent au jeune bosniaque. Everton, Tottenham, la Juventus, l'Inter de Milan, la liste des prétendants est longue. Mais l'intérêt le plus vif viendrait de Manchester United, selon le quotidien allemand Bild. Un émissaire des Reds Devils aurait même assisté au match Hoffenheim-Hambourg.

 

Alors après le PSG, Dijon et Hoffenheim, le grand Manchester pour Vedad Ibisevic? Si tel était le cas, preuve serait faîte que l'on peut réussir sa carrière même en échouant au PSG!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le FC Nantes et Eric Cubilier, c'est terminé ! Les Canaris ont décidé de licencier le joueur de Monaco, Metz, Lens ou du Paris Saint-Germain, selon L'Equipe du jour. Il n’entrait pas dans les plans de Michel Der Zakarian puis d’Elie Baup cette saison. Il devrait porter l’affaire devant le tribunal des Prud’hommes.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
L'ancien attaquant du Paris SG, David N’Gog, a fait ses débuts en Ligue des champions, mardi à l'occasion du nul à domicile de son équipe, Liverpool, face à l'Atlético Madrid (1-1), lors de la 4e journée de la phase de poules.

Agé de 19 ans, N’Gog est rentré à la 71e minute de jeu à la place de Robbie Keane. A deux reprises, l'ancien joueur du PSG s'est illustré, sans réussite, ratant d'abord un contrôle en pleine surface avant de buter sur le portier de l'Atlético, Leo Franco.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

INSTRUIT par les deux, derniers échecs en championnat, Charles Villeneuve et Paul Le Guen se rejoignent pour stigmatiser dans cette équipe parisienne l’absence d’une culture de la victoire. Refuser la défaite est un état d’esprit qui ne se décrète pas. Trois anciens joueurs et un ex-président apportent quelques pistes de réflexion afin d’éviter au PSG de s’enfoncer dans une spirale négative.

 

 

Multimédia

Video : Le brésilien Ceara veut jouer la Coupe du monde

 

 

 

 

Alain Cayzac :

« Il faut de vrais leaders »

«TOUS les joueurs de football ont envie de gagner. Le problème à Paris, c’est la constance. Après leur grand match à Marseille, ils se sont inconsciemment relâchés. Pour éviter ce genre d’écueil, il faut de vrais leaders qui vous guident sur le terrain. Quand Makelele et Giuly seront au top, tout le monde en profitera. Dans les années 1990, il y avait onze leaders. La culture de la gagne est un concept collectif qui se forge au quotidien. Ce groupe n’a pas encore assez de vécu commun pour y parvenir. »

 

Laurent Fournier :

« Une remise en cause permanente »

« LES joueurs ont montré à Marseille qu’ils avaient la culture de la gagne. Mais la remise en question doit être permanente et c’est sans doute ce qui leur manque. Après chaque match, il faut rebasculer et se remettre dans la même situation de défi qu’ils ont dû ressentir avant le match au Vélodrome. Je peux vous assurer que Paul Le Guen a cette culture, il déteste perdre. Il faut que les joueurs s’identifient à lui. Il faut haïr la défaite et que tout le monde partage cet état d’esprit. » « Une remise en cause permanente »

 

Alain Roche :

« Les joueurs doivent se prendre en charge »

« IL FAUT REFUSER la défaite et se fixer des objectifs communs. Il faut qu’ils se prennent en charge. Ceux qui ne se sentent pas bien doivent le dire. Il faut agir au lieu de réagir. Je n’ai aucun doute sur l’envie et le discours de Paul Le Guen. Mais l’influence de l’entraîneur a ses limites s’il n’y a pas de prise en charge individuelle et collective. Quand on joue à Paris, on sait qu’en face chaque équipe va faire le match de sa vie. Si mentalement tu es prêt, tu sais que techniquement tu vas faire la différence. »

 

Bernard Lama :

« Ce groupe a besoin de mûrir »

RETROUVER la culture de la victoire ne se décide pas comme ça, en claquant des doigts. C’est un travail de longue haleine. Ce groupe a encore besoin de mûrir. La haine de la défaite se construit dans les catégories de jeunes. Si les joueurs n’ont pas ça en eux, ils ne vont pas le découvrir juste avant Lille. Dans ce club, depuis dix ans, il n’y a eu que des changements. Les présidents, les entraîneurs et les joueurs n’ont pas arrêté de défiler. Et au milieu on voudrait que se crée quand même un esprit PSG qui refuse la défaite ? C’est juste impossible. »

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité
Foot -Transferts - TFC : Paulo César veut partir

 

Le polyvalent brésilien de Toulouse Paulo César a été titulaire samedi à Nantes (1-1) pour la première fois depuis fin août en raison d'une blessure à l'épaule gauche. Dans L'Equipe, l'ancien joueur du PSG s'inquiète pour son temps de jeu et envisage déjà un départ, mais pas vers le Brésil. « À Toulouse, mon temps de jeu ne va pas être important, a estime Paulo César (30 ans), en concurrence avec le Norvégien Daniel Braaten, recrue de l'été. Je cherche un club pour jouer le plus possible. Mais je n'ai pas du tout envie de repartir au Brésil. Je veux encore rester trois ou quatre ans en Europe. » Arrivé en provenance du Paris-SG en janvier 2007, le joueur auriverde est sous contrat avec le TFC jusqu'en juin 2010.

 

Kiplé.fr

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Graille quitte Sportfive

 

L’ancien président du PSG, Francis Graille, abandonne ses fonctions au sein de Lagardère Sports (qui détient la société de marketing sportif Sportfive). Arrivé en mars 2007, Graille était en charge des activités médias de Sportfive France. Mais il veut désormais donner une autre orientation à sa carrière. « J’ai envie de faire autre chose, explique-t-il. Je veux me consacrer à des projets plus personnels. »

 

Le directeur général de Sportfive est Christophe Bouchet, l’ancien président de l’OM.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Anelka régale

 

Nicolas Anelka a réalisé un nouveau doublé lors de la large victoire de Chelsea à West Bromwich Albion (0-3).

 

On n’arrête plus Nicolas Anelka et par la même occasion Chelsea. L’international français s’est offert un doublé à West Bromwich Albion après que Bosingwa ait ouvert le score (0-3). Avec cette victoire aisée, les Blues reprennent les commandes de la Premier League.

 

Résultats de la 13e journée :

Samedi:

Bolton - Liverpool 0-2

Arsenal - Aston Villa 0-2

Manchester United - Stoke City 5-0

West Ham - Portsmouth 0-0

Blackburn - Sunderland 1-2

Newcastle - Wigan 2-2

Fulham - Tottenham 2-1

West Bromwich - Chelsea 0-3

 

Dimanche:

Everton - Middlesbrough (14h30)

Hull - Manchester City (17h)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Anelka régale

 

Nicolas Anelka a réalisé un nouveau doublé lors de la large victoire de Chelsea à West Bromwich Albion (0-3).

 

Ouais son 99° et........... 100° but en premier league...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×