Aller au contenu
ForumPSG.com

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

La dareune

MUSIQUE Patrimoine Paname

Recommended Posts

"Padam padam" de Piaf, transformé en "Paname"...bon même si "chant" est un bien grand mot.

Il parlait plutôt de celui-ci non ?

 

Paname, Paname, Paname, Lalalalala....

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
"Padam padam" de Piaf, transformé en "Paname"...bon même si "chant" est un bien grand mot.

Il parlait plutôt de celui-ci non ?

 

Paname, Paname, Paname, Lalalalala....

 

:jap:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Scène tirée de l'excellent film de Bertrand Tavernier: Le juge et l'assassin (enfin il me semble que c'est ce film là) avec Noiret et Galabru (et Isabelle Huppert qui chante justement dans l'extrait qu'on voit).

Scène de fin dans mes souvenirs.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Clairement fan de Reggiani...

 

 

PARIS MA ROSE

 

Où est passée Paris ma rose ?

Paris sur Seine la bouclée ?

Sont partis emportant la clé

Les nonchalants du long des quais

Paris ma rose

 

Où sont-ils passés Villon et ses filles ?

Où est-il passé Jenin l'Avenu ?

Et le chemin vert, qu'est-il devenu

Lui qui serpentait près de la Bastille ?

 

Où est passée Paris la grise ?

Paris sur brume, la mouillée ?

L'est partie Paris l'oubliée

Partie sur la pointe des pieds

Paris la grise

 

Où sont-ils passés ceux qui fraternisent

Avec les murailles et les graffitis ?

Ces soleils de craie où sont-ils partis

Qui faisaient l'amour au mur des églises ?

 

Où est passée Paris la rouge ?

La Commune des sans-souliers ?

S'est perdue vers Aubervilliers

Ou vers Nanterre l'embourbée

Paris la rouge

 

Où est-il passé Clément des cerises ?

Est-elle fermée la longue douleur

Du temps où les gars avaient si grand coeur

Qu'on n'voyait que lui aux trous des chemises ?

 

Où est passée Paris que j'aime ?

Paris que j'aime et qui n'est plus...

:love:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il a qu'à quitter Paname le babos, personne le retient. Chanson qui n'est pas à la gloire de notre capitale. :fuck:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il a qu'à quitter Paname le babos, personne le retient. Chanson qui n'est pas à la gloire de notre capitale. :fuck:

:yes::yes::yes::yes::love::love::love:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
LA SEMAINE SANGLANTE - 1871

 

Paroles : J.B. CLÉMENT (1836-1903)

 

Cette chanson, écrite en juin 1871, évoque la semaine de répression, du 22 au 28 mai 1871 qui mit fin à la Commune dans le sang...

 

Sauf des mouchards et des gendarmes

On ne voit plus par les chemins

Que des vieillards tristes en larmes

Des veuves et des orphelins

Paris suinte la misère

Les heureux même sont tremblants

La mode est au conseil de guerre

Et les pavés sont tout sanglants

 

REFRAIN

 

Oui mais ça branle dans le manche

Les mauvais jours finiront

Et gare à la revanche

Quand tous les pauvres s’y mettront (bis)

 

On traque on enchaîne on fusille

Tous ceux qu’on ramasse au hasard

La mère à côté de sa fille

L’enfant dans les bras du vieillard

Les châtiments du drapeau rouge

Sont remplacés par la terreur

De tous les chenapans de bouges

Valets de rois et d’empereurs

 

REFRAIN

 

 

Nous voilà rendus aux jésuites

Aux Mac Mahon aux Dupanloup

Il va pleuvoir des eaux bénites

Les troncs vont faire un argent fou

Dès demain en réjouissance

Et Saint Eustache et l’Opéra

Vont se refaire concurrence

Et le bagne se peuplera

 

 

REFRAIN

 

Demain les Manon les Lorette

Et les dames des beaux faubourgs

Porteront sur leur collerette

Des chassepots et des tambours

On mettra tout au tricolore

Les plats du jour et les rubans

Pendant que le héros Pandore

Fera fusiller nos enfants

 

 

REFRAIN

 

Demain les gens de la police

Refleuriront sur le trottoir

Fiers de leurs états de service

Et le pistolet en sautoir

Sans pain sans travail et sans arme

Nous allons être gouvernés

Par des mouchards et des gendarmes

Des sabre-peuples et des curés

 

 

REFRAIN

 

Le peuple au collier de misère

Sera-t-il donc toujours rivé

Jusques à quand les gens de guerre

Tiendront-ils le haut du pavé

Jusques à quand la Sainte Clique

Nous croira-t-elle un vil bétail

A quand enfin la République

De la justice et du travail

 

 

REFRAIN et FIN

:jap:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.

×
×
  • Créer...