Jump to content
ForumPSG.com
Al' catraz

Faits divers en mode ....

Recommended Posts

Erreur d’aiguillage. Une mère de famille suisse a eu une mauvaise surprise, mardi, en découvrant ce que contenait le coffret à dessin offert à sa fille. Exit les techniques de croquis et les méthodes d’esquisse, bonjour femmes aux positions lascives et scènes d’orgies sexuelles : le magazine explicatif que son enfant tenait entre ses mains était en fait… une revue porno. sas_pageid='2358/16838'; // Page : manchettepub/leparisien.com/articles_faitsdivers sas_formatid=1278; // Format : rectangle 2 300x250 sas_target=''; // Targeting SmartAdServer(sas_pageid,sas_formatid,sas_target);

 

«Je m’apprêtais à l’offrir à mes filles de 10 et 16 ans, pour qu’elles s’occupent durant le trajet en avion pour nos vacances», raconte la mère de famille à la Tribune de Genève. «Au départ, j’ai pensé à une mauvaise blague venant d’un détraqué. Mais on a vite découvert que d’autres exemplaires comportaient le même défaut. Je suis allée à la police pour signaler ce problème.» Jeudi, la totalité des 800 magazines ont été retirés de la vente.

 

Une entreprise française impliquée

 

Comment les revues ont-elles pu être interverties ? «On essaie encore de retracer les coffrets, chez le conditionneur qui met le tout sous film plastifié. Mais le problème vient à coup sûr d’une mauvaise manipulation de notre imprimeur», indique à La Tribune le directeur des publications au sein du groupe parisien Multimedia Press.

 

Ce type d’erreur se produit parfois mais se résume le plus souvent à de simples inversions de pages, explique le responsable. « Dans le cas présent, c’est beaucoup plus gênant », admet-il. Quelques dizaines d’exemplaires seraient concernés selon lui, a priori uniquement en Suisse.

 

Le Parisien

Share this post


Link to post
Share on other sites

A Mom Tried to Light a Cigarette with a Gun But Accidentally Shot Her Daughter Instead

 

Guns, cigarettes, shootings...it's your everyday gangster movie! Except sadly um, this is real life. Rachel Avila, a 30-year-old mother, tried to light her cigarette with a gun but instead, had the bullet ricochet off the ground and hit her daughter.

 

To be fair, because the gun, a derringer style .22, was so small, Avila thought it was one of those novelty lighters when she found it. Okay, to be fair, it doesn't change the fact that she's still a little loopy in the head. According to the news report:

 

Avila and her 12-year-old daughter "were talking with friends in front of their mobile home when Avila found what she thought was a novelty lighter...Avila picked it up and tried to light it by pulling the trigger. The first time Avila pulled the trigger, nothing happened. The second time she pulled the trigger, a .22-caliber bullet was fired. The bullet struck the ground, and then ricocheted upward and entered her daughter's upper right arm."

 

Luckily, the daughter is okay but I think there's a few overarching lessons here (none of which are cigarettes are bad for you because that should be unsaid): First, don't pick up a gun-looking gun in the middle of a trailer park. Second, if you have to pick it up don't pull the freaking trigger without checking if it's a real gun. Third, if you have to pull the trigger make sure no children—especially your own—are around. And fourth, try to always use your brain whenever a gun is involved.

http://gizmodo.com/5825362/a-mom-tried-to-light-a-cigarette-with-a-gun-but-accidentally-shot-her-daughter-instead

Share this post


Link to post
Share on other sites
Los Angeles : une femme tente de manger un bébé en pleine rue

 

 

 

Hannibal, dans le Silence des agneaux Hannibal, dans le Silence des agneaux | DR

Scène sordide aux Etats-Unis jeudi dernier, dans la ville de Los Angeles, comme le relate le LA Times.

 

Alors qu'elle se promenait tranquillement dans les rues de la ville avec son bébé de 4 mois et sa soeur, Adriana Miranda a vu se jeter sur la poussette de son enfant une femme de 36 ans désireuse -comme elle le criait à corps et à cris- de vouloir "arracher le bras d'un bébé et le manger".

 

Se projetant donc sur la poussette de l'enfant, la "cannibale" a réussi à retirer la ceinture du bébé, le sortir de son habitacle, puis le lancer contre le pare-brise d'un camion proche de la scène.

 

Après une lutte entre la mère (qui avait reprit ses esprits) et l'agresseure, l'enfant a pu être mis à l'abri. Les trois victimes ont pu se sauver et se cacher dans un commerce voisin, sous la protection du commercant.

 

La "femme-cannibale" a été interpellée par les forces de l'ordre, qui connaissaient déjà ses travers. L'enfant va bien et ne souffre que de quelques contusions.

 

 

 

Le Post

  • Upvote 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le monde marche souvent sur sa tête.

 

Il n'y a pas un jour où nous sommes pas confrontés à l'horreur des gestes atroces du quotidien d'un certain nombre de personnes qui, soudainement, se lancent dans des aventures barbares et féroces.

 

Un des derniers événements à touché le Pays de Galles où un garçon de 16 ans a parié avec ses copains sur sa capacité de tuer sa petite amie de 15 ans, rapporte The Daily Mail.

 

Le gain: un p'tit déj.

 

Oui.

Vous avez bien lu.

 

Un petit déjeuner, type croissant, confiture, œufs brouillé et café.

 

Est-ce le prix à payer pour une vie humaine ?

 

Sans doute oui, dans la tête de Joshua Davies.

 

Un brave garçon, comme il y en a d'autres.

 

La mère de Rebecca, la victime, au début de la disparition de sa fille, ne s'était pas inquiétée plus que ça, "elle est avec Josh", avait-elle dit.

En effet.

 

Elle avait raison.

 

Sauf qu'à ce moment là elle était dans la forêt en train de se faire massacrer à coups sur la tête avec un caillou aussi grand qu'une balle de rugby.

 

Et dire que Rebecca était allée au rendez-vous en croyant que Josh allait lui demander de se remettre ensemble.

 

"Au début je voulais l'étrangler mais elle n'arrêtait pas de crier, alors j'ai pris la pierre et j'ai commencé à frapper. Le pire a été de sentir et de voir le crane se rompre sous les coups", dira Joshua aux enquêteurs.

 

Après avoir appelé le copain pour lui monter le corps, il voulait retourner sur place pour bruler le corps et effacer ainsi les traces; mais un des copain en a parlé à ses parents, lesquels ont appelé la police.

 

Il semblerait que le jeune garçon avait une double personnalité et qu'il disait souvent vouloir tuer ceux qui allaient lui barrer la route.

 

Les gens semblent perdre de plus en plus les pédales, de plus en plus jeunes.

 

Je me demande vers quel type de société nous allons, comment anticiper des comportements à risque et comment éviter que des jeunes filles perdent leur vie dans des telles circonstances...

Share this post


Link to post
Share on other sites
Chine : Enfants à vendre contre jeux vidéos?

 

Après avoir évoqué l'effet néfaste des jeux vidéos suite à la tuerie en Norvège, c'est une nouvelle facette de cette addiction qui s'offre en Chine.

 

Un couple de chinois a vendu ses trois bébés afin de pouvoir payer ses abonnements de jeux vidéos en ligne, rapporte Le Parisien, faisant écho à un article d'ABC News.

 

Les deux parents, rencontrés en 2007 dans un cyber café chinois, ont fait commerce de leurs enfants pour s'offrir le droit à un monde virtuel dans lequel tous deux trouvaient leur épanouissement.

 

C'est à la naissance de leur second enfant que les parents ont décidé de vendre leur progéniture pour entretenir leur passion.

 

Un second enfant vendu 350 euros avant que les prix ne s'emballent. Ces derniers vont "réussir" à vendre leur premier enfant au "tarif" de 3.200 euros. Une nouvelle naissance va arriver dans l'heureuse famille et le cadet lui aussi connaîtra le méme destin que ses ainés pour 3.200 euros.

 

Selon un quotidien chinois, les parents ne savaient pas que "vendre" des enfants correspondait à une infraction. "On ne veut pas les élever, on veut juste les vendre pour de l'argent", ont-ils déclaré selon ABC News.

 

Les jeux vidéos auraient-ils pour certains d'entre nous plus de valeurs que des vies humaines ? Cela semble en tous cas être le cas pour ce couple chinois.

 

 

 

Aisne : ils volent le toit en cuivre de l'église

 

 

Deux voleurs ont été interpellés en flagrant délit à Saint Quentin dans l'Aisne. Ils étaient en train de voler les plaques de cuivre du toit d'une église.

 

A Saint Quentin, dans la nuit de lundi à mardi, les voisins de l'église Jean XXIII ont été réveillés par du bruit aux alentours de 3 heures du matin. Ils ont alerté la police.

 

Arrivés sur place, les policiers ont constaté qu'une grande partie du toit, en cuivre, de l'église avait été démonté.

 

Les plaques de cuivre étaient entassées et cachées sous des buissons.

 

Après avoir surveillés le secteur, les fonctionnaires ont interpellé les 2 voleurs présumés.

 

Ceux-ci, agés de 26 et 37 ans, s'apprêtaient a charger leur butin dans une camionnette.

 

Les deux suspects ont reconnu les faits.

 

"Ils savaient qu’ils s’attaquaient à une église mais je ne suis pas convaincu qu’ils aient assimilé l’importance du symbole de s’attaquer à un édifice religieux", précise le chef de la circonscription de sécurité publique de Saint-Quentin à Europe 1.

 

Les voleurs présumés comparaitront le 6 décembre devant le tribunal correctionnel pour vol en réunion et dégradations.

 

Le curé de l'église Jean XXIII, bien que consterné par le vol à déclaré :

"C’est triste. Je condamne le geste mais je ne condamne pas la personne. Il y a des choses qui sont beaucoup plus graves".

 

Le prêtre espère que les réparations auront lieu rapidement car son église est désormais à ciel ouvert.

 

Le Post

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il drague une élève : 8 mois avec sursis

AFP Publié le 03/08/2011 à 22:27

 

Un professeur de Poissy (Yvelines) qui avait fait des propositions sexuelles via Internet à une élève de 11 ans a été condamné mercredi à une peine de huit mois de prison avec sursis par le tribunal correctionnel de Versailles. Le tribunal, qui a jugé le prévenu en son absence, a également assorti cette peine d'une interdiction définitive d'exercer une activité en contact avec des mineurs.

 

Entre le 21 et le 23 juin, le professeur de technologie de Poissy, âgé de 28 ans, a repris contact avec Sandra, une élève de 6e, par l'intermédiaire du réseau social Facebook après un simple "coucou" envoyé par la jeune fille au début de l'année.

 

Voyant les propositions sans ambiguïté de l'enseignant, qui lui demandait un rendez-vous pour une relation sexuelle avec préservatif ainsi que des photos d'elle, Sandra s'en est ouverte à sa mère qui a prévenu la direction du collège avant d'appeler la police.

 

"Facebook a sauvé ma fille"

 

Après l'audience, la pré-adolescente a expliqué aux côtés de sa mère: "Je me suis dit 'c'est pas normal'. J'étais choquée. Il voulait que je vienne seule". Sa mère Fariza a pour sa part expliqué: "Au départ je n'ai pas pris cela au sérieux. Elle m'a dit que son prof était un pédophile. Mais je l'ai vue effondrée. J'ai pris le relais". La mère de la collégienne n'est pas pour autant contre les réseaux sociaux sur internet. " S'il n'y avait pas eu Facebook je n'aurais pas été en contact avec lui. Il vaut mieux savoir. Facebook a sauvé ma fille."

 

A l'audience, le procureur Marc Raymondet a stigmatisé l'absence de responsabilité morale d'un enseignant "se comportant comme un apprenti pédophile". "La loi récente pour prévenir la délinquance sur internet condamne à deux ans de prison et 30.000 euros d'amende les propositions sexuelles envoyées à un mineur", a ajouté le procureur. La présidente du tribunal Anne Demortière a rappelé que non seulement "un rendez-vous avait été fixé dans un parc de Poissy", mais que l'enseignant était "très conscient" de ce qu'il faisait en demandant à la jeune fille d'"effacer les messages" sur la toile.

 

Lors de sa garde à vue, le jeune professeur stagiaire, décrit comme timide avec les adultes, aurait expliqué son geste par l'absence de relations sexuelles avec son épouse de 17 ans, enceinte de cinq mois.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Lors de sa garde à vue, le jeune professeur stagiaire, décrit comme timide avec les adultes, aurait expliqué son geste par l'absence de relations sexuelles avec son épouse de 17 ans, enceinte de cinq mois.

 

:ptdr::ptdr::ptdr::ptdr:

 

Le gauchiste de base.

 

Pas étonnant que tous les fils de profs soient tarés. :oups:

Edited by Mendy4Ever

Share this post


Link to post
Share on other sites

Un homme survit alors que deux barres de métal lui traversent le corps

 

 

 

Un ouvrier chinois a eu de la chance: alors qu’il travaillait sur un chantier dans la province de Liaoning, il a chuté sur deux barres d’acier qui lui sont entrées dans le corps. Presque miraculeusement, aucune des deux barres n’a atteint ses organes vitaux (cœur, poumons, colonne vertébrale). Les chirurgiens ont du ouvrir le tronc de l’homme et lui retirer les barres morceaux par morceaux, pour être certains de ne pas endommager les organes. Le patient est actuellement en convalescence, à l’hôpital. Il envisagerait pas une carrière de fakir?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Tarbes : Sa banque est certaine qu'il est mort... et arrête de lui verser sa retraite

 

 

Le 5 juillet, Daniel apprend qu'une de ses caisses de retraite complémentaires réclame de l'argent à sa banque, "parce qu'il serait décédé". Son autre caisse de retraite complémentaire procède de même, précise La Dépêche.

 

Daniel qui veut obtenir réparation du préjudice moral qu'il subit se demande "comment est-ce possible" ? Il vit en Normandie après avoir été commerçant à Tarbes. Récemment, il a demandé une avance à une des caisses de retraite pour payer la pierre tombale de son fils handicapé décédé et il a joint un certificat de décès de ce dernier. Cette caisse s'est déclarée inapte à traiter la demande et la transmise à une autre caisse. Il semblerait alors, qu'une des deux caisses aient pris ce certificat de décès pour le sien ! L'une d'elles rejette la faute sur la banque qui lui aurait renvoyé les fonds "pour cause de décès" ! L'autre caisse de retraite complémentaire reconnaît l'erreur, mais considère que la confusion est due au fait que le père et le fils ont le même prénom ! L'intéressé n'est pas d'accord, son fis était prénommé "Christian".

 

Depuis, Daniel a essayé de contacter les Directeurs des caisses de retraites et peine à obtenir réparation. Ce qu'il regrette, plus que l'erreur, c'est le silence des directeurs. Mais les organismes se sont engagés à régulariser sa situation et sa banque promet "qu'il n'y aura pas de conséquence bancaire".

 

 

La Depeche

Share this post


Link to post
Share on other sites

Lors de sa garde à vue, le jeune professeur stagiaire, décrit comme timide avec les adultes, aurait expliqué son geste par l'absence de relations sexuelles avec son épouse de 17 ans, enceinte de cinq mois.

 

:ptdr::ptdr::ptdr::ptdr:

 

Le gauchiste de base.

 

Pas étonnant que tous les fils de profs soient tarés. :oups:

 

Reste tranquille :blbl:

Sinon un mec comme ça faut l'interner sérieux.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Mercredi, un jeune homme de 24 ans est décédé à la suite d'un accident de la circulation peu banal à Murviel-lès-Montpellier dans l'Hérault.

 

Alors qu'il était au volant de son véhicule, de retour de Sète, il a voulu impressionner ses passagers. Pour cela, il "aurait défait sa ceinture de sécurité, ouvert la fenêtre, passé la tête à travers, puis une partie de son corps, tout en gardant les mains sur le volant", rapporte Midi Libre.

 

C'est alors que la voiture a fait une embardée et percuté un bloc de béton. Le conducteur a été éjecté du véhicule et il est décédé malgré l'intervention des pompiers.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Alors qu'il se recueillait au pied du Mur des Lamentations, un Israélien de 22 ans a trouvé un chèque de 100 000 dollars, niché entre les pierres du lieu saint.

 

Mercredi soir, une jeune Israélien est parti se recueillir au pied du Mur des Lamentations de Jérusalem. Lors de sa prière, il a aperçu un bout de papier étrange qui s'est avéré être... un chèque de 100 000 dollars (70 000 euros). Le quotidien israélien, Yédiot Aharonot, rapporte jeudi que le chèque était destiné à "sa sainteté le Mur des Lamentations". Toutefois, le jeune homme est décidé à encaisser le montant.

 

Le rabbin du lieu saint, Shmuel Rabinovich, est scandalisé par le geste du jeune homme de 22 ans. "Je condamne chaque tentative d'ouvrir des voeux. C'est un blasphème et une atteinte à ce Mur sacré", rapporte RTBF. En attendant le jeune homme est parti chèque en poche et avec un nouvel avocat à Haïfa. On peut s'attendre à présent l'ouverture d'un procès, l'opposant à l'administration du Mur des Lamentations.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il se fait la belle et nargue la gendarmerie sur Youtube

 

Lors d'un transfert au tribunal de Besançon, un détenu s'échappe. Puis il se met en scène sur Youtube pour se vanter.

"Placé en détention provisoire il devait comparaître pour des violences mineures [NDLR : sur sa compagne] et a profité de l'arrêt du fourgon pour se glisser sous la porte, il est toujours activement recherché", raconte la journaliste de France 3.

 

L'extrait est repris dans une vidéo mise en ligne le 29 juillet par Teuchiland, une WebTV qui vend aussi des MP3, des "fringues pour choquer les flics" etc. Puis un homme se présente comme étant Dias-Fourara, l'évadé en question.

 

Contacté par Le Post, Julie Bressand, substitut du procureur de Besançon confirme : "l'identification est formelle, c'est bien lui".

 

Le jeune homme de 24 ans se vante de son évasion [NDLR : le 27 juin dernier]. "J'ai pris mes jambes à mon cou, et on a dit on va faire un buzz !", ricane-t-il. Le caméraman lui demande alors : "Elles sont où les menottes ? T'inquiètes je vais les chercher !", répond l'évadé. Voir la vidéo ci-dessous :

 

 

Puis il critique et insulte allègrement l'incompétence des représentants de l'ordre : "On vous baise, on vous baise [NDLR : les juges, la justice, la police, au choix], pour finir avec un rap auto-promotionnel aux côtés de deux autres personnes (dont un cagoulé).

 

Fatalement, le compte Youtube a été bloqué (mais est toujours consultable). En attendant, l'homme est toujours recherché par la police. Néanmoins, d'après Julie Bressand, la mise en ligne de cette vidéo, "si elle a été réalisée récemment", pourrait faciliter le travail de la gendarmerie nationale quant à la localisation de l'évadé. La substitut du procureur ajoute que "Les propos tenus dans la vidéo pourraient être considérés comme outrage contre les représentants de l'ordre public, ce qui aggraverait sa situation pénale".

 

Le Post

 

 

:ptdr:

Edited by M.A.T92i

Share this post


Link to post
Share on other sites

  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

×
×
  • Create New...