Jump to content
ForumPSG.com
Al' catraz

Faits divers en mode ....

Recommended Posts

Clermont-Ferrand : elle laisse sa fillette seule à l'entrée de la boîte de nuit

 

Le personnel d'une discothèque du centre ville de Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme) a prévenu le commissariat de police dans la nuit de vendredi à samedi.

 

Il était 4h du matin et une fillette de 7 ans se trouvait sans surveillance devant l'établissement.

 

Les policiers ont pris en charge la petite fille. Ils ont interpellé sa mère qui se trouvait à l'intérieur de la discothèque.

 

Cette dernière, en état d’ivresse, n’a guère apprécié leur intervention. Elle s’est opposée à la notification de ses droits et elle n’a donné aucune explication sur son attitude explique le quotidien La Montagne.

 

L'enfant a été confiée à son père.

 

Le dossier de la mère a été transmis à la brigade de protection de la famille.

 

Metz. Le détenu "évadé" est retrouvé dans une poubelle de la prison !

 

Une quarantaine de gardiens étaient en émois, la veille, un jeune détenu de 19 ans avait disparu de la prison... Il n'était pas là à l'heure du repas, vendredi à midi... Mais vers 18 heures, l'alerte a été donnée, précise La Dépêche.

 

Un délégué syndical a déclaré à la radio locale France bleu Lorraine que tout les bâtiments ont été fouillés et qu'on a visionné les bandes d'enregistrement des caméras de vidéo surveillance, mais que cela n'a rien donné !

 

Pendant la nuit, les recherches ont continué. Mais samedi matin, on a finalement retrouvé le détenu dans une poubelle du local à poubelles ! Il va maintenant être transféré à la maison d'arrêt de Strasbourg-Elsau.

 

Non considéré comme dangereux, ce détenu a 19 ans. Il purge actuellement une peine de prison pour vols. Il est surnommé "l'anguille" parce que il s'est déjà échappé d'un commissariat, d'un tribunal et il n'a pas toujours regagné la prison après des sorties autorisées... Il se serait aussi enfui d'un hôpital psychiatrique.

 

Le Post

Share this post


Link to post
Share on other sites
Foot. Grosse frayeur en avion pour les joueurs de Saint-Etienne

L'équipe de football de l'AS Saint-Etienne a connu une grosse frayeur au cours de la nuit de dimanche à lundi lors de son vol retour de Bordeaux. Le pare-brise de l'avion s'est fêlé, ce qui a contraint le pilote à faire demi-tour, indiquent et une source aéroportuaire.

 

Alors que l'équipe revenait de son déplacement à Bordeaux dans un avion affrété par le club, après s'être imposée 2 buts à 1 à l'occasion de la première journée du championnat de France de Ligue 1, la vitre du cockpit s'est fêlée pour une raison inexpliquée peu après le décollage.

 

Par précaution, «les pilotes ont été contraints de faire demi-tour à faible vitesse», a expliqué Roland Romeyer, le président de l'AS Saint-Etienne.

 

Les joueurs stéphanois et leurs dirigeants ont passé la nuit dans un hôtel proche de l'aéroport. Un avion en provenance de Bruxelles doit arriver en fin de matinée pour les ramener à domicile.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Angers: Une dent humaine découverte dans un steak haché

 

article_dentsteak.jpg

 

INSOLITE - Carrefour a indiqué qu'une enquête allait être menée en interne pour tenter de comprendre ce qui a pu se passer...

 

Une dent humaine couronnée, de deux centimètres de long, avec la racine. C'est ce qu'a découvert lundi midi une consommatrice angevine à l'intérieur de son steak haché, rapporte Ouest France. «J'étais en train de manger mon steak. J'ai senti quelque chose de dur. J'ai failli m'étouffer. J'ai recraché. C'était une dent sur pivot, avec la racine», a raconté Nathalie Dahyot au quotidien.

 

La jeune femme était invitée à déjeuner chez un ami, Romuald Brut. Il avait fait ses courses à Carrefour Grand Maine, où il avait acheté un lot de barquettes de steaks hachés à bas prix. L'emballage précisait: «100% muscle» et «élaboré en France». Après la découverte, «tout le monde a arrêté de manger, net!» On a jeté tous les steaks à la poubelle. Ma fille de 23 mois en a pris elle aussi: elle aurait pu s'étouffer en avalant cette dent, non?»

 

Enquête interne et possible plainte du consommateur

 

Mais, du côté du service consommateurs de l'enseigne, aucune explication: «Ils m'ont d'abord demandé ce que je voulais, puis m'ont dit de renvoyer la dent. Ah ça non! Je préfère attendre...», a indiqué Romuald Brut.

 

Carrefour a indiqué lundi à Ouest France qu'une enquête allait être menée en interne pour tenter de comprendre ce qui a pu se passer. Cependant, indique le quotidien régional, aucune décision de retirer les produits du même lot n'a été prise. Le client angevin va pour sa part signaler l'incident à la Direction générale de la concurrence, consommation et répression des fraudes ce mardi, et envisage d'établir un constat d'huissier et de porter plainte contre la grande surface.

20 minutes

 

Bon appétit! :oups::snif:

:vomi:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Carrefour qui dit de renvoyer la dent, non mais ça va pas bien.

Edited by P.G

Share this post


Link to post
Share on other sites

ohhhhhhhhhh !!!

j'vais arreter de lire ce topic y a que desx trucs dégeu !

 

Carrefour qui dit de renvoyer la dent, non mais ça va pas bien.

 

:ptdr::ptdr:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Un homme se tire accidentellement dans le pénis

 

Attention! Les pistolets, même quand ils sont roses et qu’ils appartiennent à votre petite amie sont des objets dangereux. Un Américain originaire de Phoenix en a fait la douloureuse expérience. Alors qu’il avait rangé l’arme à sa ceinture, le pistolet s’est accidentellement déchargé. La balle a traversé son pénis puis sa jambe gauche. L’homme suscite peu de compassion, même parmi la gent masculine…

Share this post


Link to post
Share on other sites
L'évadé de Besançon s'excuse

La vidéo qu'il avait mise en ligne pour narguer la police après son évasion à été vue plus de 300 000 fois, et il regrette aujourd'hui son geste.

 

Saïd Bahmed s'est en effet confié devant une caméra de France 3 Franche-Comté pour faire son mea culpa. Le jeune homme explique qu'il est affecté par les larmes quotidiennes de sa mère. Il propose de se rendre si on lui promet d'être incarcéré prêt de chez lui, ou à Besançon. Il regrette aussi avoir "pété les plombs" lors de son évasion au tribunal de Besançon le 27 juin dernier, mais ses conditions de détention étaient trop dures, dit-il.

 

Saïd Bahmed dit aussi vouloir une vie normale, et qu'il aimerait se faire connaître "dans le milieu du rap, pas dans le milieu de la criminalité".

Share this post


Link to post
Share on other sites

Mamadou a eu « peur, très peur ». Le patron de Solde Design, à Aubervilliers, a vu entrer hier après-midi un homme « totalement paniqué » dans son magasin de meubles. « J’étais avec deux clientes quand il est arrivé en courant, avec des policiers à ses trousses. Quand j’ai vu qu’il avait une arme et qu’il la pointait sur eux en les menaçant, j’ai crié : Attention, il a un pistolet, et je me suis enfui par la porte arrière avec mes clientes.

 

J’ai cru qu’il allait y avoir un mort dans ma boutique. Mais les policiers ont réussi à l’arrêter sans qu’un seul coup de feu soit tiré. Ils ont eu un sacré sang-froid! »

 

A l’origine de cette arrestation mouvementée, au 18 bis, de la rue Danielle-Casanova, une banale altercation dans un bus. Tout commence quelques minutes plus tôt, vers 15 heures, à deux pas de là. Dans un bus bondé de la ligne 173, deux voyageurs se disputent. La tension est telle entre cet homme et cette femme que cette dernière appelle à la rescousse son fils avec son téléphone portable. Et déclenche une situation explosive.

 

En effet, son fils, qui réside dans la cité Jules-Vallès toute proche, déboule à l’arrêt de bus Hemet avec un pistolet automatique de type 11,43 chargé de plusieurs balles. Il assène plusieurs coups sur la tête de l’homme et le blesse à la tempe. Le sang coule abondamment.

 

Par chance, trois policiers patrouillent dans le quartier. A leur arrivée, l’homme armé prend la fuite à pied. Une course-poursuite s’engage dans la très passante rue Casanova, où le fuyard se réfugie dans une boutique de meubles installée dans un grand hangar.

 

Il n’ira pas plus loin. Les deux fonctionnaires qu’il menace avec son pistolet ne répliquent pas. En lui parlant, ils réussissent à lui faire baisser son arme, le temps que leur collègue, une femme, ne le maîtrise. Cet homme de 31 ans est bien connu au commissariat d’Aubervilliers.

 

Pendant que le voyageur blessé à la tête est transporté à l’hôpital Delafontaine à Saint-Denis, lui est placé en garde à vue. Il était toujours entendu hier soir par les enquêteurs de la sûreté territoriale, saisis par le procureur de la République de Bobigny. « On a évité de peu un drame », reconnaît un policier d’Aubervilliers.

Share this post


Link to post
Share on other sites
L’évadé qui narguait la police sur Internet a été interpellé

Stéphane Sellami | Publié le 10.08.2011, 09h09

Saïd B. dans sa vidéo. | (DR.)

 

Il avait multiplié les provocations à l’encontre des forces de l’ordre et de la justice via une vidéo postée sur Internet. Saïd B., 24 ans a été interpellé, ce matin, vers 6 h 30, alors qu’il se terrait dans un local technique de la cité des 408 à Besançon (Doubs).

 

 

«Ce jeune fugitif a été arrêté, en douceur, alors qu’il se trouvait avec trois autres personnes, confie une source proche de l’affaire. Il a été appréhendé par des gendarmes et des policiers. Il est actuellement en garde à vue dans les locaux de la brigade de recherches de Besançon».

 

Sa vidéo vue plus de 360 000 fois

 

Le jeune garçon s’était évadé le 27 juin lors de son transfert entre la prison de Châteaudun (Eure-et-Loir) et le tribunal de Besançon où il devait être jugé. Dans sa vidéo provocatrice baptisée La liberté n’a pas de prix, visionnée à plus de 360 000 reprises ce matin, Saïd B. avait lancé de multiples insultes à l’égard des forces de l’ordre et de la justice.

 

Lundi, Saïd B. avait affirmé à France 3 Franche-Comté qu'il voulait se rendre à condition d'être incarcéré près de chez lui, à Besançon. «J'ai du mal à dormir, ma mère pleure tous les jours, c'est pas une vie», a raconté Saïd B., qui s'était évadé du tribunal de Besançon le 27 juin.

Le Parisien

Share this post


Link to post
Share on other sites

L'Etat du Nuevo Leon, au nord du Mexique, a été le théâtre mercredi de nouvelles violences liées aux narcotrafiquants avec dix morts retrouvés mercredi, dont deux hommes décapités puis suspendus à un pont et deux femmes démembrées, ont indiqué les autorités locales.

Les quatre corps ont été retrouvés près d'une route à 300 km de la frontière avec les Etats-Unis. Les deux femmes ont eu les bras et les jambes coupés.

 

Les autorités ont indiqué que cinq autres personnes avaient trouvé la mort dans différents points de l'Etat du Nuevo Leon, dont la capitale est Monterrey, l'un des principaux pôles industriels du Mexique.

La dixième victime est un détenu de la prison de Topo Chico, à Monterrey, tué à l'arme blanche lors d'un affrontement entre prisonniers.

Le Nuevo Leon, encore considéré il y a trois ans comme un havre de paix et de sécurité, est frappé par une vague de violences attribuée par les autorités aux affrontements entre le cartel du Golfe et son ancien bras armé, "Los Zetas", composé d'anciens militaires d'élite de l'armée mexicaine.

La violence liée au crime organisé a fait plus de 41.000 morts depuis décembre 2006, date de l'offensive lancée par le président Felipe Calderon contre les narcotrafiquants avec l'appui des Forces armées.

 

:heu::oups:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Putain le mec il s'est taillé les veines,pendu,mis le feu à sa cellule et il est toujours en vie avec une teinture rouge(??!!).

Balaise :love::yes:

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Emprisonné, il cache ses barrettes de cannabis dans son anus

 

 

 

Ce samedi, les gardiens de la prison de Bourg-en-Bresse ont fait une découverte surprenante, un de leurs détenus originaire de la région lyonnaise avait glissé 11 barrettes de cannabis dans son anus afin de les dissimuler de leur vue.

 

C'est 21 grammes de cannabis qu'un prisonnier du centre pénitentiaire de Bourg-en-Bresse s'est mis dans les fesses après que son frère soit venu lui rendre visite pour les lui faire passer.

 

L'homme a écopé de 6 mois de prison supplémentaires et son frère de 3 mois avec sursis.

 

 

Le Progres

Share this post


Link to post
Share on other sites
Qui de ces deux jumeaux est l'assassin ?

 

Le Point.fr

 

Le meurtre de Sir Xavier Brooks tourne au casse-tête pour les enquêteurs et passionne l'Amérique.

Qui de ces deux jumeaux est l'assassin ?

 

twins-une-370831-jpg_241605.JPG

 

Qui est le meutrier de Sir Xavier Brooks ? Orlando (à gauche) ou son frère jumeau Brandon (à droite) © Montage Le Point.fr

 

Cela aurait beaucoup plu à Agatha Christie. Le 12 février dernier, devant Le Code DaVinci, une boîte de hip-hop de Chandler en Arizona, Sir Xavier Brooks, un Noir de 19 ans, est abattu d'une balle à l'abdomen alors qu'il reculait les mains en l'air pour se dégager d'une bagarre. Selon les descriptions de la vingtaine de témoins présents à l'extérieur, un type ressemblant à Orlando Nembhard a brandi un pistolet et tiré sur Brooks. Quelques semaines plus tard, la police arrête Nembhard, 19 ans également, qui s'était enfui à Yonkers, dans l'État de New York, et le met en prison en attendant son procès.

 

L'affaire semble réglée. Mais cinq mois plus tard, Orlando vient d'être relâché sous caution. Car la police ne sait plus très bien qui est le vrai coupable, Orlando... ou son frère jumeau, Brandon ! Les deux frères non seulement se ressemblent mais portent les mêmes fringues, fréquentent les mêmes amis, ont tous deux eu des démêlés avec la justice et se trouvaient tous les deux le soir du 12 février au Code DaVinci. "Je peux vous garantir qu'ils se ressemblent énormément. Tout individu normal les voyant côte à côte saurait instantanément qu'ils sont jumeaux", explique Jerry Cobb, porte-parole du palais de justice.

 

Bonnet blanc, noir bonnet

 

Comme l'arme du crime n'a pas été retrouvée et qu'il n'y a aucune preuve ADN, les enquêteurs en sont réduits aux témoignages. Or nombre de témoins ne se montrent pas coopératifs avec la police et donnent des versions contradictoires, peut-être pour embrouiller davantage les enquêteurs. "Les témoins ont vu des choses différentes et ont des idées différentes", résume Jerry Cobb. Certains disent que c'est Orlando, d'autres Brandon, d'aucuns que le tireur portait un jean, une chemise blanche et un bonnet noir. Brandon, ce soir-là, était habillé d'une chemise noire, selon les témoins, alors qu'Orlando était en blanc mais avec un bonnet blanc. Quant au témoin principal qui accuse Orlando, son témoignage est sujet à caution, car il a eu des mots avec lui dans le passé.

 

Qui a tiré sur la gâchette ? On ne le saura peut-être jamais. Lorsque le juge, la semaine dernière, a réduit le montant de la caution, le père de la victime s'est mis à crier et a dû être expulsé du tribunal. "Je suis fou de rage. Maintenant, il y a cette histoire que c'est peut-être un autre frère ou celui-ci, mais quel que soit le frère, vous savez que c'est l'un des deux", a-t-il affirmé ensuite à la télé. Cependant, faute de preuves, il y a des chances que les jumeaux fassent l'objet d'un non-lieu si les jurés ont un "doute raisonnable", comme le stipule la loi américaine, sur l'identité de l'assassin. En attendant, les deux frères ne se parlent plus.

Edited by M.A.T92i
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

«Je suis un vampire, et je vis depuis 500 ans», a déclaré un homme arrêté par la police à Galveston (Texas) après avoir attaqué samedi une jeune femme et tenté de la cambrioler. Selon les dires de la victime, l’individu se serait d’abord approché de son lit en gémissant, puis l’aurait mordue et frappée.

 

L’agresseur, enfermé depuis la tentative de cambriolage, implore la police: «Il nous a dit qu’il avait besoin de se nourrir (…). Il nous supplie de le retenir car il ne veut pas nous tuer», a commenté Daniel Erickson, l’agent chargé de l’affaire. Le policier a également précisé que le «vampire», âgé de 19 ans, n’était pas sous l’influence de drogues.

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Record battu pour l'Auvergne... Dimanche, des gendarmes d'Aurillac (Cantal) ont arrêté une conductrice de 65 ans circulant sur une route départementale avec... 5,76 g par litre de sang. Du jamais vu dans la région !

 

« Alertés par les zigzags que dessinait le véhicule sur la chaussée, les gendarmes sont intervenus sans toutefois parvenir à faire souffler la conductrice dans l’éthylotest», rapporte le quotidien régional La Montagne.

 

C'est seulement après l'avoir emmenée à l'hôpital d’Aurillac pour une prise de sang, que les gendarmes ont découvert que le taux d'alcoolémie de la femme battait tous ceux déjà enregistrés en Auvergne. Rappelons que la limite légale est de 0,5 gramme d’alcool par litre de sang.

 

La sexagénaire, qui était toujours hospitalisée lundi soir, s'est évidemment vu retirer son permis sur le champ. «Elle sera entendue par les gendarmes dès qu'elle sera en état», a expliqué le parquet, estimant qu'il lui faudrait «au moins 48 heures» pour redevenir sobre.

 

La conductrice encourt une peine maximale de deux ans de prison et de trois ans de suspension ou d'annulation de permis.

 

Au niveau national, l'alcoolémie la plus forte par litre de sang a été relevée en 2005 chez un conducteur de l'Indre de 37 ans : il avait 9,75 grammes !

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
GB: 4 ans pour avoir incité aux émeutes

AFP

 

 

Deux jeunes hommes ont été condamnés en Grande-Bretagne à quatre ans de prison pour incitation aux troubles via les réseaux sociaux, lors des émeutes qui ont sévi dans le pays la semaine dernière.

 

Jordan Blackshaw, 20 ans, avait créé un événement sur Facebook intitulé "Détruire la ville de Northwich" (nord-ouest de l'Angleterre). Selon le procureur Martin McRobb, la page avait été créée le 9 août.

 

Le deuxième accusé, Perry Sutcliffe-Keenan, 22 ans, avait lui incité à une émeute dans son quartier à Warrington (nord-ouest de l'Angleterre), en ouvrant une page Facebook appelée "Organisons une émeute".

 

Les deux jeunes hommes ont "utilisé Facebook pour organiser et orchestrer des troubles graves au moment où de tels incidents se produisaient dans d'autres régions du pays", a déclaré le procureur devant le tribunal de Chester, dans le nord-ouest de l'Angleterre.

 

La police a agi "rapidement pour fermer ces sites et s'assurer que personne ne participe à ces événements planifiés. Cependant, ces messages ont provoqué une panique considérable et un sentiment de révolte au sein des quartiers", a-t-il affirmé.

"Si l'on se souvient dans quelle mesure la technologie a été utilisée pour inciter les gens à commettre des actes criminels (lors des émeutes la semaine dernière dans le pays), il est aisé de comprendre" pourquoi les deux suspects se sont vu infliger une peine de quatre ans de prison, a estimé l'un des responsables de la police locale, Phil Thompson.

 

La Grande-Bretagne a été secouée la semaine dernière par les pires violences urbaines depuis au moins 30 ans. Des centaines de magasins ont été attaqués et saccagés, de nombreux bâtiments incendiés, et cinq personnes tuées. Les fauteurs de troubles ont eu largement recours aux réseaux sociaux Facebook et Twitter, ainsi qu'à la messagerie BlackBerry, pour s'organiser.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le pire en Angleterre c est que tu organiser un meeting sur une place d un Centre Ville et faire un speech haineux, personne va te faire chier.

 

Tu créais un groupe sur Facebook, tu prends 4 ans....

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

×
×
  • Create New...