Jump to content
ForumPSG.com
Sign in to follow this  
L.D.

Thomas Meunier

Recommended Posts

 
Thomas Meunier attend Jérôme Rothen pour une leçon de lob !
 

« Le but est somptueux, mais je pense qu'il n'a pas fait exprès. Il veut la donner à Cavani. Mais pour voir ça, il faut avoir joué. Si tu fais un lob de la malléole en faisant exprès, je dis chapeau. Mais s'il dit qu'il a fait exprès… », avait tweeté Rothen évoquant le bijou de Meunier lors du festival offensif du Paris Saint-Germain face au FC Lorient le 21 décembre dernier (5-0, 19e journée de Ligue 1).

En réponse à la publication du consultant sportif, le défenseur parisien avait répondu avec plein d’humour : « Mon petit Jérôme, pourquoi ?! Chaque fois que je marque, tu doutes de moi.» Et depuis lors, les deux hommes s’envoient régulièrement des messages amusants.

« Mon petit ? Tu prends des risques. Juste, apprends-moi le lob façon malléole et reprise dévissée lucarne vu que tu as fait exprès. Et après m'avoir appris les deux gestes je te donnerai une leçon de centres aussi », avait rebondi Rothen. Un défi que le protégé d’Unai Emery a pris au sérieux et qu’il a d’ailleurs confirmé mercredi soir.

« On se charrie un peu, ça fait partie du jeu. Maintenant, je lui avais lancé un petit défi et je compte toujours bien dessus. Quand la période sera un peu plus calme, je l’inviterai au Camp des Loges, parce qu’il pense que sa patte gauche est toujours dans l’air du temps, donc on va un peu essayer ça. On verra bien Â», lâche-t-il

 

 

Edited by La dareune
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

EXCLU VIDEO - Art, Paris, Barcelone : les confessions de Meunier

 

Thomas Meunier a accordé un entretien exclusif au magazine "Transversales" diffusé ce samedi sur SFR Sport 1. Au détour d'une visite du musée du Quai Branly, le défenseur du Paris Saint-Germain s'est confié sur sa passion pour l'art. Il est également revenu sur son adaptation réussie dans le club de la capitale et la double confrontation face à Barcelone en Ligue des champions.

 

 

 

Thomas Meunier : "Le PSG sera champion car on est comme les Allemands, on gagne toujours à la fin"

 

 

https://sport.sfr.fr/football/ligue-1/exclu-video-art-paris-barcelone-les-confidences-de-meunier.html

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

#TOTOUTARD !!!

 

 

Il a fait twerker la majorette Neymar plus qu'un fat booty jamaïcain  :love2:

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Il s'en bat tellement les couilles du respect :love: :love:

Sans filtre :yes:

 

Thomas Meunier, excellent face au FC Barcelone (4-0) ce mardi soir, s'est montré optimiste quant au sort du PSG dans cette Ligue des champions 2016-2017.

 

Titulaire ce mardi soir contre le FC Barcelone (4-0) dans son couloir droit, l'international belge Thomas Meunier n'a pas hésité à se montrer optimiste à la sortie du match. Selon le latéral, c'est clair, le PSG est désormais un prétendant à la victoire finale en Ligue des champions.

 

Quel est le secret d'une telle victoire ?

THOMAS MEUNIER. C’est une prise de conscience individuelle et collective. De la première à la dernière minute, on a rien lâché. Défensivement, offensivement, nous avons été très bons. C’est ce qui nous permet de gagner. On a vaincu, quand même, le grand Barça. Ce n’est pas rien. 4-0 ! Avec la manière et beaucoup de personnalité.

 

Y a-t-il un peu de revanche par rapport aux critiques du début de saison ?

Il ne faut pas tout mélanger. Les critiques concernent plus les membres du staff et pour la direction. Si on peut, nous, continuer sur cette lancée jusqu’au bout, on pourra dire ensuite que ça a été une revanche.

 

Après ce genre de match, ça veut dire que le PSG peut gagner la compétition ?

Disons qu’on s’affiche en tant que sérieux prétendant. Les matchs ne sont jamais les mêmes. Jouer la Juventus ou le Barça, ce n’est pas la même. Donc on ne va pas trop se projeter. On va faire le boulot à Barcelone et on verra.

 

 

T.Meunier : "Préparer le Barça comme si c'était Nancy ou Niort"

Edited by Al' catraz

Share this post


Link to post
Share on other sites

Monsieur Météo... :ptdr:

Share this post


Link to post
Share on other sites
Citation

 

EXCLU GOAL - De retour progressivement sur les terrains après une opération à la cheville, Thomas Meunier compte poursuivre son ascension avec Paris.

 

Toujours aussi décontracté, un petit thé dans la main droite, Thomas Meunier s'est posé avec nous une vingtaine de minutes au Mandarin Hôtel de Miami, siège du PSG pendant sa tournée aux Etats-Unis. Avec une vue sur Downtown Miami, le Belge est revenu sur sa première saison dans la capitale, sa façon d'être, l'ambition du PSG et sa nouvelle concurrence avec Daniel Alves. 

 

Comment va la cheville après votre opération en fin de saison dernière ?

Thomas Meunier : Après deux mois sans avoir rien fait suite à l'opération, c'est un peu difficile, surtout au niveau de la condition physique. Je ne me sens pas encore à 100%. J'ai un programme aménagé ici avec un protocole médical. Ce samedi, je devrais reprendre pour quelques minutes à Orlando (face à Tottenham). Ça devrait aller, mais il faut gérer pour ne pas que cela s'aggrave. 

Vous avez encore des douleurs ?

Non pas vraiment. Mais on est très prudent car quand le cartilage est touché, c'est très difficile. On fait en sorte que je ne force pas trop. Si ce n'était que moi, je m'entrainerais tous les jours, mais le docteur veut prendre son temps.

Vous étiez à la rencontre des supporters mercredi soir à Miami pour regarder le match face à l'AS Rome, le PSG a gagné en popularité aux Etats-Unis ?

On a fêté les 30 millions de fans sur les réseaux sociaux du club. J'ai compris que c'était plus que la Juventus ou Liverpool, c'est la 7ème marque de football au monde. C'est pas mal du tout. J'ai été voir quelques supporters, c'était sympa.

 

En un an, avez-vous pris conscience de ce qu'était le PSG ?

Je n'ai pas eu de club à mettre en comparaison avec Paris, donc c'est dur à dire. Bruges, c'est une autre catégorie pour moi. Si j'avais joué au Milan ou au Barça, j'aurais pu avoir une comparaison. Mais Paris, c'est un autre monde. Je le vois et je le ressens tous les jours via l'attrait que ça apporte aux supporters. C'est un truc de fou le PSG. Dans le top 5 des clubs mondiaux à tous niveaux.

L'année dernière, vous étiez un peu émerveillé en arrivant, c'est toujours le cas ?

Je pense toujours pareil. Après, j'ai l'habitude donc l'émerveillement est un peu passé. Tout le déroulement, le processus, les matches... Rien que les voyages en avion, c'est impressionnant. Parfois, on a deux heures à faire en car et on va prendre l'avion. C'est là que tu te rends compte que le club met les petits plats dans les grands. Ils font tout pour que les joueurs soient mis dans de bonnes conditions. 

En un an, vous pensez avoir franchi un nouveau cap ?

À fond ! J'ai eu une réelle concurrence avec Serge (Aurier). C'est ça qui m'a permis de faire une bonne saison. Bon, maintenant, malgré ce qui arrive, ça va être la même chose. Il va falloir batailler pour gagner sa place, on va voir ce que ça donne, mais j'ai confiance.

Serge Aurier était votre modèle en arrivant, qu'est-ce qu'il vous a apporté cette saison ?

Il m'a tout apporté. Son professionnalisme et son caractère ont fait en sorte que la concurrence soit toujours à fond. On se ressemble un peu parce qu'on est toujours à fond à l'entraînement, on ne saute pas un entraînement parce qu'on se sent moins bien par exemple. On est mauvais de temps en temps mais ce n'est pas parce qu'on a moins donné. Serge m'a fait grandir. L'expression "avoir une saine concurrence" a pris tout son sens avec lui.

 

L'image externe et interne au club de Serge Aurier n'est pas du tout la même...

Les gens lisent la presse alors que nous on a Serge avec nous tout le temps. On sait comment il est. Avec Serge le feeling est passé facilement.

Vous êtes déçu de son choix de quitter le club ?

Il faut qu'il pense à lui. Il a compris qu'en France ça devenait compliqué pour lui. Tout le monde connait ses qualités footballistiques, mais le problème c'est qu'il est plus souvent jugé sur l'extra-sportif. C'est un peu dommage pour lui mais le fait de découvrir un nouveau championnat, si ça se fait, ça ne pourra être que bénéfique pour lui. 

Vous êtes fier de vous dire que vous avez plus joué que lui cette saison ?

36 matches... deux de plus que lui. À  la base, l'idée c'était de jouer un quart ou une demi-finale de coupe, avec une dizaine de matches au compteur sur la saison. Je suis plus qu'heureux du déroulement des choses. Puis quand le foot va, tout va. Ma femme adore Paris, le petit s'éclate, on n'est pas trop loin de la famille belge qui vient souvent. C'était une année fantastique.


L'ambition pour la nouvelle saison 


Vous aviez un peu hésité à signer au PSG la saison dernière, par rapport à votre temps de jeu, vous n'avez donc aucun regret ?

Je n'ai pas hésité. C'est surtout que les clubs que j'avais avant que Paris n'arrive proposaient des choses financièrement très intéressantes. Maintenant, sur le sportif, quand Paris est arrivé, tu ne peux pas dire non. C'est comme le Real, le Bayern, le Barça ou Manchester, tu ne peux pas refuser quand ils viennent. Envie ou pas, tu y vas. Point à la ligne. Tu prends un risque : te casser la gueule ou grandir encore plus. Quand mon agent m'a appelé pour me dire que le PSG me voulait, je lui ai dit :"terminé, on remballe tout".

Vous avez le sentiment d'avoir changé de dimension ?

Au niveau du jeu, cela n'a plus rien à voir. Quand tu joues avec des Verratti ou des Motta à l'entraînement, pour ne citer qu'eux, tu ne peux que progresser. L'adaptation a été très positive.

La nouvelle concurrence avec Daniel Alves ne vous fait pas peur ?

Du tout. C'est un très grand joueur, on connait ses qualités. Il l'a montré avec la Juventus, surtout en Ligue des champions malgré son âge. Après l'âge, c'est toujours péjoratif de dire "vieux joueurs", parce que des Ryan Giggs ont joué jusqu'à 41 ans. La concurrence va être comme avec Serge. Une bonne grosse concurrence et le meilleur jouera. Je vais encore grandir. Je ne pense pas partir avec une avance sur lui donc va falloir que je bosse. Je n'ai rien à perdre.

Vous pensez être à l'apogée de votre carrière ?

Non, je pense qu'il y a encore la possibilité de grimper au niveau de la régularité de mes prestations. Maintenant au niveau du club, au-dessus du PSG, il n'y a pas grand chose. Si le club continue de grandir comme ça, les gens ne voudront pas aller au Barça, mais au PSG. 

Qu'est-ce qui manque au club pour aller chercher cette Ligue des champions ? 

Du temps. Cela ne se construit pas comme ça. Je trouve qu'au niveau communication, le club a été très impatient en disant que la Ligue des champions était la priorité. C'est ambitieux et ils s'en donnent les moyens avec les joueurs qui arrivent pour la gagner. Mais je pourrais parier 10.000 euros sur le fait qu'on gagne le championnat, mais je ne pourrais pas mettre 1 euro sur le fait qu'on gagne la Ligue des champions. Il y a trop de critères en jeu et tu joues contre des équipes qui ont tellement d'expérience. Pour moi, si le club atteint déjà le dernier carré, ce sera bien.

C'est une question d'expérience ?

Et de culture. Ce n'est pas dans la culture du club de penser comme un géant, pour l'instant. Il y a quelque chose qui doit être ancré dans un club par rapport aux joueurs, c'est que tu vis pour ce club. Et ça, ce n'est pas quelque chose qu'on te fournit à la base, mais qui se gagne comme au Real ou au Barça. Pour ça, il te faut des joueurs formés sur place ou qui sont là depuis 5/6 ans. La mentalité comme celle-là n'est pas encore intégrée au PSG parce qu'il y a eu beaucoup de changements, même au niveau de la direction. Il faut trouver une stabilité et fonder quelque chose là-dessus. Si on parvient à garder le même noyau, le même coach, ça peut arriver facilement. Pour moi, ce n'est pas encore notre moment.

Des joueurs comme Daniel Alves peuvent apporter cette culture ?

Non, car la mentalité est différente ici. On n'est pas au Barça où les joueurs viennent de la Masia et se connaissent tous parfaitement. Ce qu'il peut apporter, c'est son expérience, sa mentalité. C'est un guerrier et il peut apporter un peu de hargne. Il nous a manqué cet aspect un peu "crapule" la saison dernière.


Son franc-parler


En un an, on a aussi découvert un joueur qui n'aime pas la langue de bois, c'est important pour vous de garder ce côté proche des gens ?

J'ai toujours essayé de parler avec honnêteté et franchise. Mais au début, les gens disaient "lui il joue même pas et il parle, qu'est-ce qu'il veut ?". Je dis ce que je pense, tout en restant correct. Je n'ai jamais allumé quelqu'un en disant que c'était une chèvre par exemple. Je pense qu'on s'est habitué à mon style de communication maintenant. On m'en parle un peu dans la rue, mais le problème c'est que pour certains c'est de la prétention, que je veux faire le malin.

C'est un trait de caractère ?

C'est quelque chose qui est en moi. Je pense toujours positif et j'essaie de dire les choses avec un peu de psychologie, de manière à ne pas brusquer les gens. Le message passe toujours généralement. Après, il faut aussi que les gens fassent l'effort de me connaître. Vous pouvez aller chercher mes interviews en troisième division belge, c'était la même chose. Quand tu joues un rôle, tu peux te couvrir un temps, mais tu te fait découvrir à un moment. Là, ça ne sert à rien de chercher, je suis moi-même.

Votre parcours atypique vous a permis aussi de garder cette distance ?

Oui peut-être. Je n'ai pas connu le centre de formation par exemple. C'est une nécessité de passer par là pour être footballeur professionnel, sinon c'est difficile de réussir mais c'est un peu l'usine. C'est surtout anti-social pour les adolescents. On en parlait avec Antoine Bernede, qui est avec nous en tournée, il nous disait qu'il passait tout son temps au Camp des Loges. Sa chambre est au Camp des Loges, son école aussi, les terrains aussi... Ils sont toujours entre eux, c'est très dur. Si tu ne réussis pas, tu auras passé 10 ans de ta vie entre quatre murs. 

Loïc Tanzi, à Miami

 

 

Edited by La dareune

Share this post


Link to post
Share on other sites

Meunier a publié cette foto avec le désormais fameux "Se Queda"

 

 

DG9RDNxXcAgVX4A.jpg

 

 

Ciao Serge!

Edited by La dareune
  • Upvote 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

triple de Thomas Meunier a l'instant en selection !!! Ca a pas du lui arriver souvent !!!

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 1 heure, Lucifer a dit :

Avec 3 passes décisives en prime. 

 

4 passe dec' même

Il était déchainé sur son côté droit dans toutes les actions pour une victoire 9-0 Meunier homme du match

Edited by La dareune

Share this post


Link to post
Share on other sites
Citation

« Depuis 2-3 ans, j’ai aussi perdu l’habitude de perdre des matches. Et quand ça m’arrive, ça me vide pour plusieurs jours. Si des partenaires lèvent le pied ou s’en fichent, je leur dis. Mais à Paris, on a aussi une belle bande de salopards : quand quelqu’un ne fait pas son job, tout le monde lui tombe dessus, a assuré l’international belge du PSG. Il n’y a pas de secret : si Thiago Silva ou Motta ont fait des carrières pareilles, c’est parce qu’ils ont toujours détesté la défaite. »

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 31/08/2017 à 22:30, Bagheera a dit :

C'est lui le roi des Belges !

:love2:

Share this post


Link to post
Share on other sites
Sign in to follow this  

  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

×
×
  • Create New...