Jump to content
ForumPSG.com

Paris St Germain FC- Bayern Munich 1/4 de finale


Recommended Posts

Posted (edited)

faut dire aussi qu'un autre arbitre nous colle un péno au moins sur les 2 mains de Kimp et Herrera :cpamoi:

Edited by Gringo
Link to post
Share on other sites
  • Replies 223
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

Top Posters In This Topic

Popular Posts

C'était quand même un sacré match de dingue auquel on a eu droit hier. Le plus beau des quatre quarts de finale, et de loin.  Il y a finalement eu beaucoup d'engagement des deux côtés mais très p

Quelle soirée ! Que la route continue, on en veut encore ! Match exceptionnel de 4 joueurs en particulier : neymar, Mbappé, Gueye et Di Maria. On s'est fait peur mais on a définitivement vai

Cette petite merde de pavard je veux absolument le voir baisser la tête ce soir  jamais pu pifrer sa ptite gueule de chti 

Posted Images

Sacré exploit, sacré non sens ce match !

Mais très beau hold up dans leur cul aux prétentieux bavarois. Et avec une équipe bis, faut le dire aussi.

Au retour, contre, contre, contre ! Trois buts chez eux, c'est quand même pas anodin. Il y a des failles à exploiter encore.

Ça donnera pas un 0-0 au parc. Ca va etre très chaud. Mais on peut le faire !

Retour normalement de Verratti, Paredes et florenzi a minima. En espérant que marqui sera là aussi. 

Je pensais réellement pas dire ça il y a deux heures 😍

Link to post
Share on other sites
2 hours ago, Gringo said:

faut dire aussi qu'un autre arbitre nous colle un péno au moins sur les 2 mains de Kimp et Herrera :cpamoi:

Faut croire que la finale de la saison dernière a mis fin à notre période de bizutage.

Link to post
Share on other sites

Ouais, Choupo, ultra motivé !

Pas sûr de l avoir vu aussi motivé au final eight.

Qu il remercie Tuchel de l avoir cherché dans son club de L2, Stoke....

Link to post
Share on other sites
Le 31/03/2021 à 16:30, Mendy4Ever a dit :

Je préfère que Lewa soit là et qu'on ait Marco.

Avec Paredes suspendu, ça va être  léger à la relance.

Finalement c était bien qu il soit pas la

 

On aura bien souffert mais belle efficacité 🥰🥰

Link to post
Share on other sites

C'était quand même un sacré match de dingue auquel on a eu droit hier. Le plus beau des quatre quarts de finale, et de loin. 

Il y a finalement eu beaucoup d'engagement des deux côtés mais très peu de fautes. Peu de temps morts, un modèle d'attaque-défense permanent. Mais là où le PSG aurait failli les années précédentes en sombrant, il a cette fois tenu bon en exploitant, certes la maladresse des Allemands, mais surtout en jouant les contres à fond. Avec une réussite insolente, rarement vue à ce niveau-là.

Les dieux étaient avec nous hier soir, mais ce sont bien quelques hommes en particulier qui ont concrétisé l'action divine.

A commencer par Navas. Match stratosphérique de notre portier costaricien. 10 parades. Un mur. Tu le poses dans le prolongement de Bernauer Strasse à Berlin, les artistes viendront y peindre dessus pour la légende, mais des années après il rappellera toujours aux attaquants-touristes qu'il a longtemps été infranchissable. Check Point Charlie.

Marquinhos a aussi tenu son rang avant de sortir sur blessure. Outre ses bons placements défensifs et ses duels gagnés, il a donc inscrit un but sublime dans la construction et la finition. Il voit la passe laser partir alors que tout le monde songe seulement à se replacer. Il enchaîne contrôle à la glue et ajustement de la mire. Le gros soldat Neuer de la 5e division d'infanterie de la Wechmacht s'effondre dans son bunker. Sus aux boches !

Kimpembe. Pas d'erreur de déconcentration, un guerrier investi jusqu'à la fin. Quelques relances foireuses quand on subissait le pressing à toute berzingue, mais il ne peut rien sur les deux buts que l'on prend, ce n'est pas son marquage. Il ne sort pas vraiment du lot, mais il fait son match. Sérieux, solide et sans chichi. Un Allemand déguisé ?

Dagba. Match très compliqué du Colin, qui était tout sauf comme un poisson dans l'eau face à cette jument de Coman. Et à la course, on sait que l'équidé bat tranquillement l'animal aquatique. Quelques bonnes montées à relever toutefois. Mais c'est clairement pas le mur de l'Atlantique. 

Diallo. Sorti à la mi-temps en raison d'une colique. La peur de l'événement ?

Remplacé par notre star mondiale, Bakker. Ce dernier étant plus Joséphine que Michel ballon au pied, on a eu des sueurs froides toute la deuxième partie du match. Il laisse plusieurs fois ses vis-à-vis tous seuls au second poteau, il se fait manger sur chaque débordement, il a cette foutue manie de constamment reculer face à l'adversaire, ne bloque pas les centres, ne relance pas correctement... Bref, lui c'est la grenade qui te reste dans les mains sur le champ de bataille.

Danilo, n'a pas pris l'eau. Bonne surprise sur ce match, le gaillard portugais a reculé d'un cran pour combler l'imprévue blessure du capitaine. Et s'il ne s'est pas montré impérial au moment de suivre les fantassins schleus sur leurs deux centres victorieux, il a compensé avec une bonne lecture des situations en dehors des phases arrêtées, il a montré de la combattivité et a proposé des relances très correctes. Service dépannage assuré quand le char est coincé dans le talus.

Gueye. Tel le Phénix, il renaît de ses cendres. L'ovni du match face au Real Madrid de 2019 est revenu hier soir à l'Allianz Arena. C'est bien simple, je ne l'ai jamais vu trottiner. Au contact de tous ses adversaires directs, agressif même sans arme. Mention aussi à ses conservations de balle et relances dans certains cas chauds. Force de proposition pour faire la jonction avec le quatuor offensif. Plus propre qu'un Lüger badigeonné d'huile dégraissante et frotté vigoureusement. Le casque même pas de traviole après la bataille !

Herrera. Rentré en cours de jeu dans ce genre de rencontre, et par -6°, n'est pas chose aisée. Mais quand on est Basque et qu'on vient offrir ses services à la résistance face à une envahisseur un peu trop sûr de lui, ça fait bien l'affaire. Au courage, il a joué les opérateurs radio ici, dézingué quelques tentatives de tirs d'artillerie lourde là. L'homme de l'ombre, pro du sabotage.

Di Maria. Tel Ratatouille dans le film éponyme, il se faufile parfois où il faut. A la construction de deux des trois buts du PSG. Et sinon ? Bah pas grand chose d'autres. Fautif en partie sur le but de Choupo, en se jetant nonchalamment sur son côté. Il s'est souvent laissé déborder par les latéraux adverses et n'a pas beaucoup suivi leurs courses. Des efforts à fournir, sous peine d'être accusé de conspiration. Remplacé par Kean, utile sur quelques phases mais qui semblait avoir respiré du gaz dans la tranchée. Des poumons en mauvais état visiblement pour l'Italien.

Draxler. Même souci que son ami juste au-dessus. Quelques bonnes initiatives dans les remontées de balle, il déclenche l'action du troisième but. Mais que ce fût pénible dans les courses vers son propre but. Il laisse Pavard avec une bière, le plaid et tout le canapé pour adresser un centre à Choupo sur la réduction du score. Il lâche trop facilement l'effort en règle général. Le vice du fainéant. Ceci dit, il s'est montré plus investi sur la fin, semblant profiter d'une fraicheur physique que certains n'avaient pas. Le contre-espion a encore du taff à fournir avant de terminer sa longue mission sur Paris.

Neymar. Deux passes décisives pour le métronome. L'une après cette percée plein axe et une mignonne feinte de frappe. L'autre sur une inspiration dantesque, dont seul lui (et quelques rares autres dans le monde - Kroos, De Bruyne, Verratti ?) est capable. Première mi-temps assez concrète dans la conservation de balle, la provocation, l'aisance, sans jamais en faire trop. Plus pénible en seconde. Il aurait pu marquer sur un face à face assez opportuniste. Pas toujours très investi dans l'effort de guerre défensif. Mais un bilan dans l'ensemble favorable qui lui vaudra peut-être une médaille si ça paye au match retour.

Mbappé. Le colonel n'a pas le temps. A 22 ans, il a pris la hiérarchie européenne, il l'a pliée en 8. Et il repart bientôt avec sa croix de guerre. Il inscrit un doublé, il fait des appels qui font suer du cul en permanence quatre soldats pourtant bien entrainés. Quand il part en contre, les lignes adverses courent se réfugier. Et bien souvent, sans trouver les abris pour se mettre à couvert. En fait, il a joué comme on aime : simple, rapide, efficace. Deutsches Bondy qualität. A confirmer. C'est notre facteur X.

 

 

 

 

Edited by Titus
  • Upvote 7
Link to post
Share on other sites
il y a 43 minutes, Titus a dit :

C'était quand même un sacré match de dingue auquel on a eu droit hier. Le plus beau des quatre quarts de finale, et de loin. 

Il y a finalement eu beaucoup d'engagement des deux côtés mais très peu de fautes. Peu de temps morts, un modèle d'attaque-défense permanent. Mais là où le PSG aurait failli les années précédentes en sombrant, il a cette fois tenu bon en exploitant, certes la maladresse des Allemands, mais surtout en jouant les contres à fond. Avec une réussite insolente, rarement vue à ce niveau-là.

Les dieux étaient avec nous hier soir, mais ce sont bien quelques hommes en particulier qui ont concrétisé l'action divine.

A commencer par Navas. Match stratosphérique de notre portier costaricien. 10 parades. Un mur. Tu le poses dans le prolongement de Bernauer Strasse à Berlin, les artistes viendront y peindre dessus pour la légende, mais des années après il rappellera toujours aux attaquants-touristes qu'il a longtemps été infranchissable. Check Point Charlie.

Marquinhos a aussi tenu son rang avant de sortir sur blessure. Outre ses bons placements défensifs et ses duels gagnés, il a donc inscrit un but sublime dans la construction et la finition. Il voit la passe laser partir alors que tout le monde songe seulement à se replacer. Il enchaîne contrôle à la glue et ajustement de la mire. Le gros soldat Neuer de la 5e division d'infanterie de la Wechmacht s'effondre dans son bunker. Sus aux boches !

Kimpembe. Pas d'erreur de déconcentration, un guerrier investi jusqu'à la fin. Quelques relances foireuses quand on subissait le pressing à toute berzingue, mais il ne peut rien sur les deux buts que l'on prend, ce n'est pas son marquage. Il ne sort pas vraiment du lot, mais il fait son match. Sérieux, solide et sans chichi. Un Allemand déguisé ?

Dagba. Match très compliqué du Colin, qui était tout sauf comme un poisson dans l'eau face à cette jument de Coman. Et à la course, on sait que l'équidé bat tranquillement l'animal aquatique. Quelques bonnes montées à relever toutefois. Mais c'est clairement pas le mur de l'Atlantique. 

Diallo. Sorti à la mi-temps en raison d'une colique. La peur de l'événement ?

Remplacé par notre star mondiale, Bakker. Ce dernier étant plus Joséphine que Michel ballon au pied, on a eu des sueurs froides toute la deuxième partie du match. Il laisse plusieurs fois ses vis-à-vis tous seuls au second poteau, il se fait manger sur chaque débordement, il a cette foutue manie de constamment reculer face à l'adversaire, ne bloque pas les centres, ne relance pas correctement... Bref, lui c'est la grenade qui te reste dans les mains sur le champ de bataille.

Danilo, n'a pas pris l'eau. Bonne surprise sur ce match, le gaillard portugais a reculé d'un cran pour combler l'imprévue blessure du capitaine. Et s'il ne s'est pas montré impérial au moment de suivre les fantassins schleus sur leurs deux centres victorieux, il a compensé avec une bonne lecture des situations en dehors des phases arrêtées, il a montré de la combattivité et a proposé des relances très correctes. Service dépannage assuré quand le char est coincé dans le talus.

Gueye. Tel le Phénix, il renaît de ses cendres. L'ovni du match face au Real Madrid de 2019 est revenu hier soir à l'Allianz Arena. C'est bien simple, je ne l'ai jamais vu trottiner. Au contact de tous ses adversaires directs, agressif même sans arme. Mention aussi à ses conservations de balle et relances dans certains cas chauds. Force de proposition pour faire la jonction avec le quatuor offensif. Plus propre qu'un Lüger badigeonné d'huile dégraissante et frotté vigoureusement. Le casque même pas de traviole après la bataille !

Herrera. Rentré en cours de jeu dans ce genre de rencontre, et par -6°, n'est pas chose aisée. Mais quand on est Basque et qu'on vient offrir ses services à la résistance face à une envahisseur un peu trop sûr de lui, ça fait bien l'affaire. Au courage, il a joué les opérateurs radio ici, dézingué quelques tentatives de tirs d'artillerie lourde là. L'homme de l'ombre, pro du sabotage.

Di Maria. Tel Ratatouille dans le film éponyme, il se faufile parfois où il faut. A la construction de deux des trois buts du PSG. Et sinon ? Bah pas grand chose d'autres. Fautif en partie sur le but de Choupo, en se jetant nonchalamment sur son côté. Il s'est souvent laissé déborder par les latéraux adverses et n'a pas beaucoup suivi leurs courses. Des efforts à fournir, sous peine d'être accusé de conspiration. Remplacé par Kean, utile sur quelques phases mais qui semblait avoir respiré du gaz dans la tranchée. Des poumons en mauvais état visiblement pour l'Italien.

Draxler. Même souci que son ami juste au-dessus. Quelques bonnes initiatives dans les remontées de balle, il déclenche l'action du troisième but. Mais que ce fût pénible dans les courses vers son propre but. Il laisse Pavard avec une bière, le plaid et tout le canapé pour adresser un centre à Choupo sur la réduction du score. Il lâche trop facilement l'effort en règle général. Le vice du fainéant. Ceci dit, il s'est montré plus investi sur la fin, semblant profiter d'une fraicheur physique que certains n'avaient pas. Le contre-espion a encore du taff à fournir avant de terminer sa longue mission sur Paris.

Neymar. Deux passes décisives pour le métronome. L'une après cette percée plein axe et une mignonne feinte de frappe. L'autre sur une inspiration dantesque, dont seul lui (et quelques rares autres dans le monde - Kroos, De Bruyne, Verratti ?) est capable. Première mi-temps assez concrète dans la conservation de balle, la provocation, l'aisance, sans jamais en faire trop. Plus pénible en seconde. Il aurait pu marquer sur un face à face assez opportuniste. Pas toujours très investi dans l'effort de guerre défensif. Mais un bilan dans l'ensemble favorable qui lui vaudra peut-être une médaille si ça paye au match retour.

Mbappé. Le colonel n'a pas le temps. A 22 ans, il a pris la hiérarchie européenne, il l'a pliée en 8. Et il repart bientôt avec sa croix de guerre. Il inscrit un doublé, il fait des appels qui font suer du cul en permanence quatre soldats pourtant bien entrainés. Quand il part en contre, les lignes adverses courent se réfugier. Et bien souvent, sans trouver les abris pour se mettre à couvert. En fait, il a joué comme on aime : simple, rapide, efficace. Deutsches Bondy qualität. A confirmer. C'est notre facteur X.

 

 

 

 

Postule a so foot!

Tu me regales bien plus qu'eux :yes: 

  • Like 1
  • Upvote 2
Link to post
Share on other sites
Posted (edited)
Il y a 5 heures, Zio a dit :

Postule a so foot!

Tu me regales bien plus qu'eux :yes: 

Bon CR à la diraf ! award 2021 pour l’instant 

sinon ddegorre spécialiste du PSG qui prend la parole en cdp et qui parle de « jesus » navas !! 
lui il est constant dans l’amateurisme son intervention est pathétique pour l’un des cadres du premier quotidien sportif français après un match comme ça. On dirait le mec il a regardé un résumé et il intervient juste pour dire chuila en conf de presse 

Edited by Gringo
Link to post
Share on other sites

Par contre Titus je dois à draxler de te contredire sur le « fainéant » car il est le joueur qui a recup le plus de ballons hier avec 13 devant gueye 8.

de plus autant dans les matchs fermés de L1 il est transparent la plus part du temps, autant dans ces matchs où il y a des espaces il est très utile dans sa capacité à remonter le ballon sur 30-40 mètres avec une technique balle au pied supérieure comme on l’a vu hier et contre le barça.

donc je serais moins sévère quant à sa prestation d’hier.

  • Upvote 1
Link to post
Share on other sites

Se pause le problème de la compo au Parc avec les retours probables de Verratti et Paredes et la potentielle absence de Marqui... 

La titularisation de draxler me paraît importante pour les raisons que j’ai données plus haut et la configuration de ce match où il faudra marquer un but de plus ou limiter l’écart à un but 

si on a pas marqui Danilo va encore s’y coller 

sur les côtes on va repartir avec dagba et Diallo j’en suis sûr 

donc au mitar on aura gueye draxler et après ça se joue entre verratti paredes et herrera.
Verratti: n’aura pas 90’ et pas sûr vu la prestation de kean que le titulariser soit très malin 

Paredes: n’est pas bon dans nos temps faibles mais a aussi cette verticalité dans les passes qui peuvent faire mal en contres rapides dans le dos de La défense du Bayern. Il viendrait en lieu et place de draxler.

herrera: le chien de guerre utile peut être pour ce combat qui s’annonce.

ca nous donnerait 

navas 

dagba Danilo kimpembe Diallo 

herrera gueye draxler

di Maria Mbappé Neymar 

avec florenzi verratti paredes kean et rafinha entrants 

 

 

 

Link to post
Share on other sites

Draxler même quand il fait un bon match t as l impression qu il se planque 

 

Paredes non merci, préfère largement Herrera, ok qualité de passe mais pour le reste c est vraiment pas top 

Verratti je ne sais plus trop quoi en penser, il aura pas le rythme mais balle au pied il fait tellement de bien 

Eux vont revenir avec choupo en pointe c est un coup de bol 

Link to post
Share on other sites
Il y a 16 heures, Gringo a dit :

Par contre Titus je dois à draxler de te contredire sur le « fainéant » car il est le joueur qui a recup le plus de ballons hier avec 13 devant gueye 8.

J'avoue que je me suis pas penché sur les stats de chacun. J'avais surtout vu celles de Gueye, mises en avant par plusieurs médias et qui étaient en adéquation avec l'impression que j'ai eues se son match.

Comme le dit Wilou, avec Draxler on a toujours ce sentiment qu'il ne couvre pas vraiment le terrain et ne se donne pas sur le repli. Je ne nie cependant pas son utilité sur la conservation et les remontées de balle. Je souligne qu'il est au démarrage du troisième but. Il marque également un pion refusé pour un hors jeu de Mbappé franchement très limite en première période.

Concernant le Bayern, va falloir trouver une solution au problème kimmich quand même. Si tu neutralises ce petit enculé tout droit sorti des jeunesse hitlériennes, tu as une partie du match en ta possession à mon avis.

Je note par ailleurs, et ce n'est pas pour me rassurer, l'attitude assez hargneuse et remontée de plusieurs allemands pendant et a la fin du match. Ça sent clairement l'envie d'en découdre et de prendre très vite leur revanche chez nous. Kimmich, pavard, Muller et même Choupo avaient des attitudes de mecs sous substances par moments j'ai trouvé.

Eux, une chose est sûre, la motivation ils n'en manqueront pas. Et j'ai peur de leur sentiment "d'injustice" en vue de la seconde manche. En l'occurrence, aucun chez eux n'a souhaité faire de stories ou poste Instagram a la con suite au match aller. Ils sont tous déjà en conditions de guerre pour Paris.

Link to post
Share on other sites

Franchement

On a deja peta Ney au barca je vois pas pourquoi Nasser nique pas la clause de Kimmich

Il a innondé le match d'une qualité technique/tactique/mentale incroyable. Goret(drink team pour les anciens)zka est enorme mais a un degré moindre.

Ca vaut 200 je les pose.

 

  • Upvote 2
Link to post
Share on other sites

Surtout ne nous blessez pas notre Boateng... qu’il se repose jusqu’à mardi pour être vaillant et titulaire !! 
 

chez nous je vois bien un 

—-———navas————-

-dagba-danillo-kimp-diallo-

—herrera-paredes—gueye—

—adm——Kmb——neymar—

Ou

—-———navas————-

-dagba-danillo-kimp-diallo-

——-paredes—gueye——

—————verratti————

—adm——Kmb——neymar—

tout dépend de l’état de forme de Marco mais bon pas sur 

 

Link to post
Share on other sites

Je ne ferai pas jouer Marco vu le milieu en face, il va manquer de rythme,par contre il faudra le faire entrer en deuxième mi temps si on a besoin de conserver le ballon 

Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

J’oublie draxler, pas impossible que poche le mette à nouveau, tout le monde avait buggé sur sa titularisation à l’aller mais il a fait le taf... c’est en jouant qu’on va passer pas en étant passifs et en subissant 

du coup ça ferait draxler paredes gueye au mitar ... 

Edited by Gringo
Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

Je suis le seul sinon à avoir vu que Muller avait envoyé chier draxler à la fin du match quand il est allé le saluer ? 
une vraie catin celui là 

faire lire cette déclaration à l'équipe au plus vite

Citation

“Pourquoi va-t-on se qualifier ? Parce que nous sommes la meilleure équipe, je suis convaincu que nous réussirons. Nous étions la meilleure équipe au match aller, mais malheureusement, le résultat n’a pas été à la hauteur. Mais je suis toujours convaincu que nous pouvons renverser la vapeur au match retour”, commente le milieu de terrain sur le site du Bayern. 

 

Edited by Gringo
Link to post
Share on other sites
  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.


×
×
  • Create New...