Jump to content
ForumPSG.com
m4tt

Déclarations, bla bla bla

Recommended Posts

Et il veut le cul de la crémière ce rat aussi?

 

Esperons qu'il soit le dindon de la farce.

 

rira bien qui rira le dernier meme s'il ne faut pas vendre la peau de l'ours avant de l'avoir tué ni dire fontaine je n eboirais pas ton eau.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Quand je lis ses déclarations je vois " bla bla bla bla bla bla bla... "

C'est lui qui vire la ferveur du Parc et là il veut qu'elle revienne...

Dégage!

 

Ben ca montre qu'il est en chien. Faut continuer a le faire mijoter. Il sait que l'hiver approche et Colony commence a en avoir ras le cul de perdre autant d'argent, il faut que du monde revienne au Parc. Meme lui sait qu'avec les resultats du PSG cette saison, les affluences sont ridicules

Share this post


Link to post
Share on other sites

Plus il fait de déclarations.........plus il montre involontairement qu'il est dans une merde sans nom.

 

Samedi 19h (2ème fois de la saison seulement) sera un sacré test.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Une journée de réflexion sur l'avenir du football est organisée ce 15 novembre au Parc des Princes. Au centre des préoccupations : la gestion des supporters.

 

Deux semaines après les Etats Généraux du foot, qui ont lancé la réforme de la gouvernance de la Fédération, Robin Leproux a lancé «les Entretiens du Parc», un cycle de conférences destinées à éclairer la «période de transition» que vit le monde du ballon rond. (Photo Presse-Sports)

 

Dans l'amphithéâtre du Parc des Princes, rempli de nombreux abonnés - triés sur le volet -, de quelques dirigeants de clubs et de journalistes, le président du club de la capitale a lancé un débat consacré au public dans les stades.

Mais en introduction, il a fait le point sur le plan mis en place par le PSG pour éradiquer la violence au Parc : «Nous sommes à mi-chemin. On a réussi à pacifier l'environnement du Parc et a montré que notre public peut cohabiter. On doit travailler avec l'ensemble des personnes qui représentent les supporters afin d'organiser les modalités de leur retour. C'est pour cela que nous avons nommés deux médiateurs, Alain Cayzac et Franck Borotra.»

Thuram : «Aux joueurs de faire le spectacle»

 

«Il faut chasser le fantasme des deux cents ou quatre cents mauvais supporters, a renchéri Philippe Boindrieux, vice-président du club parisien. Il y a une dramaturgie telle que les supporters sont chauffés à mort. Il faut gérer les débordements, des gens «normaux» peuvent avoir l'impression d'être victimes d'une injustice majeure, par exemple suite à une décision d'arbitre.» A un abonné qui déplorait une ambiance désormais trop aseptisée, il répondra : «La question est de savoir comment faire pour que les tifos reviennent et que des animations se mettent en place...» Pour Lilian Thuram, invité en tant que président de sa Fondation contre le racisme, ce n'est pas aux supporters de faire le spectacle, mais aux joueurs : «A Barcelone, les gens viennent voir un spectacle !»

Le préfet de police veut faire revenir les supporters

 

Prix des places, matches en diurne, diction plus rapide du speaker pour empêcher les joueurs de l'équipe adverse d'être insultés... de nombreux sujets ont été débattus. Mais aucun intervenant ne s'est risqué à donner une réponse miracle au problème de la violence : «Nous sommes partis en guerre contre les violences, pas contre les supporters, a expliqué le préfet de Police de Paris Jean-Louis Fiamenghi. Nous espérons, par le dialogue, les faire revenir au Parc.»

 

:rolleyes::rolleyes:

Share this post


Link to post
Share on other sites
Et il veut le cul de la crémière ce rat aussi?

 

Esperons qu'il soit le dindon de la farce.

 

rira bien qui rira le dernier meme s'il ne faut pas vendre la peau de l'ours avant de l'avoir tué ni dire fontaine je n eboirais pas ton eau.

 

:love::love::love::love::lol:

post assez énorme :enorme: :enorme:

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'sais pas si ça a été posté...

 

http://www.foot01.com/equipe/paris/thuram-remet-les-supporters-du-psg-a-leur-place,62702

 

Lilian Thuram n’a jamais eu sa langue dans sa poche, certains joueurs et dirigeants du foot français se souviennent encore de ses sorties médiatiques assez musclées après le Mondial. Lundi, le champion du monde 1998 intervenait à l’occasion du colloque au Parc des Princes, et là encore il n’a pas molli au moment d’aborder le problème des supporters du PSG et la façon dont le club a décidé de le régler. Une manière que Thuram approuve sans aucune réserve.

 

« C’est comme dans une classe d’école. Si certains perturbent, il faut les faire sortir pour que tout le monde travaille bien. Il y a des règles à établir. Quand des personnes ne sont pas dans la bonne démarche, il faut leur parler. Et s’ils ne comprennent pas, il faut leur dire, « On va faire sans vous ». Aujourd’hui, j’entends dire que l’ambiance est aseptisée au Parc des Princes. Quand j’étais au FC Barcelone, le président, Joan Laporta, a exclu les supporteurs les plus extrémistes. Il a reçu de nombreuses menaces de mort, mais il a réglé le problème. Dire aux gens, « Si vous n’avez pas un comportement normal, vous ne venez pas au stade », ça, c’est le courage. Il fallait en passer par là. Il faut travailler sur le long terme. Que les supporteurs restent à leur place et s’ils n’ont pas un bon comportement, ils sortent du stade », prévient Lilian Thuram dans le Parisien. Des propos qui ne vont évidemment pas lui faire que des amis, mais ça, Lilian Thuram ne semble pas vraiment s’en préoccuper.

 

:mellow::mellow::mellow:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Tout ça parce que c'est un noir ...

 

Elle est belle la BLACK PT.

 

 

 

 

 

:p :mdr:

 

Non mais sinon Lilian ....

Share this post


Link to post
Share on other sites

blablablablablabla mais ta gueule !

ils sont tous relou, ils ont tous un truc à dire... cette déclaration plaira à Maxao :scred:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Kombouaré méfiant

Antoine Kombouaré, qui a porté les couleurs de Brest par le passé, se méfie de l’équipe bretonne que le PSG accueille dimanche.

«Aujourd’hui, que Brest soit en haut du classement, ce n’est plus une surprise. Je suis super content du parcours qu’ils réalisent. C’est la meilleure défense du championnat de France avec Rennes, mais c’est aussi une équipe capable de jouer et de marquer des buts. Ils ont gagné 4 de leurs huit déplacements : à Caen, à Monaco, à Bordeaux et à Nancy. Contre Lens, ils gagnent 4-1 au terme d’un très gros match. C’est une équipe qui joue sur la dynamique de la montée», confie Antoine Kombouaré sur le site du PSG.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bodmer : «On confirme»

Mathieu Bodmer revient sur la victoire du PSG contre Brest dimanche (3-1) dans des propos relayés par le site du club de la capitale.

«Ce sont trois points important à domicile après un match de coupe d’Europe. On avait déjà fait un gros match contre Lyon, puis contre Séville. On confirme en mettant trois buts. C’était difficile car Brest a beaucoup de valeur et joue bien au ballon. Ils ne sont pas là par hasard. Ils l’ont encore montré ce soir. On a su marquer quand il fallait donc c’est une satisfaction pour nous. […] Depuis deux matches j’ai la chance de retrouver un poste que j’affectionne et que j’occupais à Lille. Je manque encore d’automatismes, mais avec de bons joueurs autour de moi, c’est plus facile.»

Share this post


Link to post
Share on other sites
PSG: "On disait qu'on était foutu, là on reparle de la Ligue des champions"

 

PARIS (AFP) - "Ca va tellement vite, il y a un moment on disait que c'était foutu pour nous et là on reparle de la Ligue des champions", savoure Zoumana Camara, auteur du but de la victoire contre Lyon (1-0), qui relance le Paris SG dans la course à l'Europe.

 

Q: Et voilà le PSG, 4e, à un point de Lyon...

 

R: "On savait qu'on pouvait revenir à un point d'eux pour avoir une fin de saison plus excitante. Ca va tellement vite. Il y a un moment on disait que c'était foutu pour nous et là on reparle de la Ligue des champions. Il faut garder de la sérénité , de la régularité et perdre le moins de points possibles. Il y a la victoire et la manière. On a mis de l'envie, du mouvement".

 

Q: Ca va être un match à distance contre Lyon maintenant ?

 

R: "Lyon est une équipe qui a la capacité de réagir. Et ils sont toujours devant nous. La dynamique sera peut-être inversée le week-end prochain car maintenant on les talonne".

 

Q: Question dynamique, où en est le PSG ?

 

R: "On n'est pas des robots. Nene a porté l'équipe en première partie de championnat et ensuite on a eu un coup de moins bien général. Là, physiquement, on retrouve un peu de fraîcheur. Les grandes équipes ne marquent pas seulement sur leurs temps forts, elles sont capables de faire mal même quand elles sont moins bien. C'est un point sur lequel on doit encore s'améliorer. Et si on parvient comme contre Lyon à marquer quand on est moins bien, c'est peut-être intéressant pour la fin. On avance pas à pas et on verra comment on se situe lors des quatre-cinq derniers matches."

 

Q: A propos de fraîcheur, vous n'aviez pas joué depuis longtemps...

 

R: "Oui, cela faisait longtemps que je n'avais pas joué. J'avais une petite interrogation pour savoir comment j'allais me comporter".

 

Q: Et vous marquez...

 

R: "Ce but n'est pas spécialement joli mais il donne les trois points et c'est l'essentiel".

 

Q: Un but du genou...

 

R: "Au départ, je pense que Ludo (Giuly) va me donner une balle plus haute et que je vais mettre la tête. Mais finalement je la mets du ménisque comme ils ont dit dans le vestiaire (sourire)".

Share this post


Link to post
Share on other sites
Cayzac: "Un signe d’ambition et d’espoir"

 

 

Ancien président du PSG dont il reste l'un des administrateurs, Alain Cayzac considère que l'arrivée du fonds d'investissement du Qatar témoigne de l'ambition du club dans les années à venir. Il en appelle au maintien du trio Leproux-Roche-Kombouaré pour réinstaller le club au top de la L1.

 

ALAIN CAYZAC, quel est votre sentiment suite au rachat du PSG par un fonds du Qatar ?

 

A.C. : J'accueille cette annonce avec beaucoup de joie, sans aucune retenue. Je n'en pense que du bien sans aucune arrière pensée. C'est une bonne nouvelle pour le PSG. Cette arrivée est pleine de promesses. Ces nouveaux investisseurs sont un signe d'ambition et d'espoir.

Quel est l'objectif des nouveaux propriétaires ?

 

A.C. : Remettre le PSG au sommet de la hiérarchie française. Dans un premier temps, il s'agit pour le club de s'installer sur le podium pour jouer la Ligue des Champions chaque année. C'est l'objectif premier des nouveaux propriétaires.

Faut-il s'attendre à un geste fort dès ce mercato estival ?

 

A.C. : Le geste fort consisterait à donner les moyens à l'équipe dirigeante actuellement en place de recruter les joueurs déjà ciblés. Antoine Kombouaré, Alain Roche et Robin Leproux savent où ils vont. Ils ont ciblés 3, 4 joueurs. Je suis persuadé que les nouveaux propriétaires leur donneront les moyens de les faire signer à Paris.

Quel bilan tirez-vous des cinq ans de Colony Capital ?

A.C. : Je veux leur tirer un grand coup de chapeau. Ils ont injecté dans le club une centaine de million d'euros. Le PSG est désormais un club solide avec d'excellentes fondations et un actif joueur appréciable. Cette vente était prévisible. Lorsqu'un fonds entre dans une entreprise, il reste rarement plus de cinq ans. Le rachat n'est donc pas une surprise.

 

En tant qu'ancien président et membre historique de la direction du PSG, ne craignez-vous pas que le club de la capitale perde un peu de son âme avec l'arrivée de ce nouvel investisseur ?

 

A.C. : Dans un siècle de mondialisation, beaucoup d'entreprises appartiennent à des investisseurs internationaux. Le PSG appartenait à des Américains, il n'est pas question de vendre son âme. Colony a montré qu’ils n’étaient pas des banquiers sauvages. Je ne connais pas les nouveaux investisseurs mais toutes mes informations concordent : ce sont des gens sérieux, responsables, discrets et efficaces. J'ai connu beaucoup d'évolutions à Paris. C'est la vie d'un club, d'une entreprise.

Propos recueillis par Martin MOSNIER / Eurosport

Share this post


Link to post
Share on other sites

Encore bravo mr cayzac, continuez comme ça vos belles déclarations envers colony, vous conserverez votre petit siège en mousse en loge et en tant qu historique vous resterez le vrai garant de la sauvegarde de l identité de ce club :branlette

  • Upvote 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je ne suis normalement pas trop fan de ce smiley mais c'est vrai que là, que dire de plus que :branlette.

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Jouanno: "On a retenu les leçons de l'échec de Paris 2012"

 

Si Chantal Jouanno a accepté de commenter l'actualité politique lors de l'interview de la semaine du JDD.fr, la ministre des Sports est également revenue sur le rachat du PSG par des investisseurs qatariens. Avant de faire le point sur la candidature d'Annecy pour les Jeux olympiques de 2016: "Rien n’est perdu tant que le match n’est pas fini!"

 

Que pensez-vous de la reprise du PSG par le Qatar?

Je ne veux pas préjuger de ce que vont faire ces investisseurs. Pour autant, on préfère toujours que nos clubs restent sous des capitaux français, c'est notre côté chauvin. Mais le plus important, c'est vraiment qu'ils ne remettent pas en cause tout le travail effectué par Robin Leproux. Ce qui m’importe c’est que le club dispose d’un actionnaire stable avec des projets de long terme. La politique de Robin Leproux a généré des incompréhensions dans sa mise en oeuvre, avec un peu moins de monde au stade, mais il faut lui laisser du temps. Je défendrai sa politique avec fermeté.

 

N'est-ce pas aussi un aveu de faiblesse du football français que de voir le club de la capitale accueillir des investisseurs étrangers comme le messie, ou presque?

Cette évolution est la marque des faiblesses d'un modèle économique, c'est vrai. Certain clubs apparaissent un peu comme le tonneau des Danaïdes, avec des déficits permanents. On ne peut pas continuer dans un système où les clubs n'ont pas de vrais actifs immobiliers et dépensent essentiellement en masse salariale. C'est la raison pour laquelle on a soutenu la proposition de loi, adoptée à l'unanimité au Sénat lundi soir, qui prévoit entre autres que les fédérations puissent mettre en place un système de salary cap.

 

Ce qui, sportivement, va encore creuser les écarts avec nos voisins européens…

Vous avez raison, c'est un sujet que l'on ne peut pas régler à une échelle franco-française. Et donc au dernier conseil européen des ministres des Sports, on a fait inscrire cette question dans la résolution finale.

"Bertrand Delanoë a juste oublié de se réveiller à temps !"

 

La mairie de Paris vous réclame de l'argent pour améliorer le Parc des Princes. Allez-vous accéder à sa requête?

Bertrand Delanoë a juste oublié de se réveiller à temps ! Il nous a écrit très tardivement, quasiment quand les enveloppes pour l’Euro 2016 étaient déjà attribuées et il a écrit à la presse avant de nous contacter, donc bon… On va voir, on va regarder le dossier, mais pour l'instant, ce n'est qu'une simple lettre alors que tous les autres nous ont délivré des dossiers bien ficelés. Il se réveille un peu tard, vraiment.

Comment voyez-vous la candidature d'Annecy 2018?

On partait de très loin et bon dernier! En juin dernier, on avait eu la plus mauvaise note, je vous le rappelle. Mais on a complètement revu le dossier depuis. Je ne baisse pas les bras, par principe. La commission d'évaluation de février a montré que l'on est désormais au même niveau que les deux autres candidatures (Corée du sud et Allemagne, ndlr).

 

Qu'est-ce qui fera la différence?

On est sur la même ligne de départ. Nous, on a trois gros atouts. Tout d’abord l’authenticité : on propose d'organiser ces JO en haute montagne, dans des installations existantes, avec un niveau de technicité énorme. Deuxièmement, le site accueille chaque année 7 millions de visiteurs. La France est le premier spot mondial de ski et pour les JO d'hiver, c'est extrêmement important car on va pouvoir en faire la promotion jusqu'en 2018. Enfin, on a reçu un vrai satisfecit sur la dimension environnementale de notre projet. C'est une vraie valeur ajoutée.

 

Etes-vous optimiste?

C'était une bonne chose de partir en tant qu'outsider. On a retenu les leçons de l'échec de Paris 2012: moins de dimension politique et de l'humilité. La déception avait été immense car on partait gagnant. Cette fois, c'est du 50/50, et rien n’est perdu tant que le match n’est pas fini.

 

JDD

Edited by M.A.T92i

Share this post


Link to post
Share on other sites

Jouanno: "On a retenu les leçons de l'échec de Paris 2012"

 

Que pensez-vous de la reprise du PSG par le Qatar?

Je ne veux pas préjuger de ce que vont faire ces investisseurs. Pour autant, on préfère toujours que nos clubs restent sous des capitaux français, c'est notre côté chauvin. Mais le plus important, c'est vraiment qu'ils ne remettent pas en cause tout le travail effectué par Robin Leproux. Ce qui m’importe c’est que le club dispose d’un actionnaire stable avec des projets de long terme. La politique de Robin Leproux a généré des incompréhensions dans sa mise en oeuvre, avec un peu moins de monde au stade, mais il faut lui laisser du temps. Je défendrai sa politique avec fermeté.

 

 

Depuis quand Colony Capital est francais????

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Elle avait deja dit la meme connerie il y a quelques mois... Elle doit plutot vouloir des fonds provenant de gens tout a fait blanc :scred:

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Elle avait deja dit la meme connerie il y a quelques mois... Elle doit plutot vouloir des fonds provenant de gens tout a fait blanc :scred:

 

mais oui , mais c'est ca exactement

Share this post


Link to post
Share on other sites
Amara Diané :« Je connais bien le prince héritier, Tamim Al-Thani. Financièrement, il a tout ce qu’il faut. Il aura des gens qualifiés autour de lui pour faire du PSG une des plus grandes équipes d’Europe au niveau du Barça, du Real ou de Chelsea » a-t-il expliqué.

CS

 

 

Alain Cayzac: «Si on a besoin de mes conseils je les donne, si on n'en veut pas, je vais au match et c'est tout»

 

 

 

«On m’a souvent dit que j’étais aussi fou que le club, c’est un peu ça le résumé du livre.» A tout juste 70 ans, Alain Cayzac est habité par le PSG. La preuve, il raconte sa relation amoureuse avec son club dans un livre d’entretien, Le Mister de Paris, aux éditions Hugo et Compagnie. Alors qu’un nouvel actionnaire venu du Qatar vient de débarquer, c’est de Merano où il est en cure qu’il voit se tourner une nouvelle page de l’histoire parisienne. Sans nostalgie.

Quel regard portez-vous sur la saison écoulée du PSG? Bien meilleure au classement que l’an passé, mais sans trophée…

Un regard très positif. C’est vrai qu’on n’a pas gagné de coupe, mais ce qui compte quand même beaucoup c’est le classement général. C’est bien de gagner une étape, mais c’est bien aussi d’être bien classé au final. Même si on a été déçu de pas être 3e. Etre 4e, ça montre un réel progrès, que tout le monde a bien travaillé. Une bonne saison qui aurait pu être une saison formidable.

Avec l’arrivée du nouvel actionnaire venu du Qatar, est-ce que vous serez toujours au PSG? Et si ce n’est pas le cas le souhaiteriez-vous?

A priori, il n’y a pas de vraiment de raison que je sois partie prenante. Il va y avoir un nouvel actionnaire, qui va avoir 70%, qui va distribuer les cartes, qui va refaire un CA avec je suppose, ce qui est normal, des gens à lui. Il n’y a pas de raison que j’ai un rôle, sinon de supporter, j’espère avisé et avec un peu d’expérience. C’est mon troisième rachat. Je suis toujours resté. Le premier on passait du régime associatif à celui de Canal +. Là j’étais actionnaire et ensuite je suis devenu président de l’association. Puis il y a eu le rachat par Colony et là je suis devenu président. Cette fois, il n’y a pas de raison que je réclame quoi que ce soit.

D’un côté, vous êtes un dirigeant historique, de l’autre, vous êtes un supporter. Est-ce qu’il y a deux visions différentes qui s’affrontent en vous?

 

Je trouve que c’est une excellente nouvelle, même en tant que dirigeant historique. Les hommes passent mais les institutions restent et se développent. Vous savez, on est allé chercher Canal + avec mes amis Brochand et Talar, C'était un changement aussi radical, mais obligatoire, sinon on n’aurait pas pu se développer. Ensuite, quand Canal + a décidé que le PSG n’était plus un actif stratégique, on est resté deux ou trois ans un peu orphelin, sans papa. On s’est un peu inquiété. J’ai même failli faire une grave erreur personnelle: racheter le PSG avec Francis Graille, parce qu’on ne voulait pas que ça parte à vau-l’eau. Heureusement, ça ne s’est pas fait. Et heureusement surtout, Colony est arrivé, et même s’il a été critiqué, il a quand même dépensé 100 millions d’euros et a fait en sorte que le club continue à vivre. Aujourd’hui, je vois ça d’un très bon œil, en tant que supporter et dirigeant historique. J’y vois un facteur de développement du PSG. Et de pérennisation. Sans aucune réserve.

 

Cet hiver, vous avez été nommé médiateur par Robin Leproux pour dialoguer avec les supporteurs. Est-ce que vous pensez que sa politique radicale mais pour le moins efficace, doit s’assouplir?

 

Je souhaite la même politique que Robin Leproux. Il a été obligé d’en passer par là, parce qu’il y a eu deux morts. Il souhaite, et moi aussi peut être encore plus parce que j’ai au fond de moi un vieux fond de supporter, que progressivement les choses redeviennent sinon comme avant, tout du moins que les supporteurs historiques reviennent au stade. C’est pour ça que j’ai fait une médiation. On voudrait idéalement autant de sécurité que cette année mais qu’on retrouve la ferveur. Il faut que les supporteurs donnent la preuve qu’en revenant il n’y aura pas d’incidents. Je serai eux, j’accepterai les règles du jeu actuelles pendant quelques matchs mais pour prouver qu’ils sont des gens biens, ce dont je ne doute pas. Après, parfois on a pu penser que je ne soutenais cette politique que du bout des lèvres. J’ai simplement dit qu’il fallait probablement en passer par là mais que c’était plus quelqu’un de nouveau qui pouvait le faire plutôt que moi. J’ai dit: je n’aurai pas pu, pas su, pas voulu le faire.

 

Pourquoi ça?

 

Quand on était au fond du trou, et qu’on a failli descendre, les supporters nous ont aidés. Quand j’appelais à l’union sacrée, ils étaient là, le stade était plein. Ça aurait été difficile d’aller jusqu’au bout d’une politique drastique. J’espère me faire bien comprendre. Ça ne veut pas dire qu’il ne fallait pas le faire. Ça veut dire qu’il valait mieux que ça soit des gens un peu plus extérieurs qui le fassent. Maintenant ce que je souhaite, c’est que ces supporters-là reviennent.

 

Si le Parc a été calme toute la saison, c’est un facteur qui a aidé à la venue des Qatariens?

 

Je pense que oui. Je n’ai pas de certitudes, parce que je n’ai pas pris part aux négociations. C’est quand même très difficile de vendre un club s’il y a danger. Non pas dans le stade, parce qu’il ne s’y est jamais rien passé de grave depuis de nombreuses années. Mais si autour du stade il y a un risque d’affrontement entre deux tribus, les acquéreurs ne vont pas se précipiter. par ailleurs, on me dit que pour les joueurs, il y a moins de pression. J’espère que non. Quand on vient jouer à Paris, on ne doit pas avoir peur des supporters fervents, ça fait partie du deal. Il y a des joueurs qui sont moins faits pour jouer à Paris parce qu’il faut surmonter la pression. Tant pis pour eux. On ne peut pas avoir tout et son contraire. J’ai été ravi d’avoir un public toujours présent.

Depuis l’arrivée des Qatariens, on parle d’Eto’o, de Berbatov, de Forlan au PSG… Est-ce que le supporteur que vous êtes guette toutes ces rumeurs pour se donner un peu de rêve?

 

Non, parce que ça a toujours été comme ça.

 

Là quand même, Eto’o et Berbatov, ça faisait longtemps qu’on n’avait pas vu ça!

 

Je suis d’accord. Mais je fais la part des choses. L’arrivée des nouveaux actionnaires fait que ça dit un peu n’importe quoi. Cela ne se passe pas commeça. Je ne connais pas les Qatariens, mais d’après mes échos, ce sont des gens raisonnables et très bons gestionnaires. Même si ça peut me faire rêver en me rasant le matin, je ne suis pas sûr de voir arriver Eto’o et Berbatov l’année prochaine. Je serai ravi hein! Ce qui me rendrait optimiste, c’est de voir arriver les joueurs qu’a ciblés Kombouaré. Ce ne sont pas des petits joueurs. Si ça permet de monter sur le podium, ce serait formidable. Après, on peut rêver à un retour dans le top ten de l’Europe. L’arrivée de ce nouvel actionnaire puissant va quand même permettre de franchir une étape. Tout le reste, les questions me concernant ou concernant les historiques, ce sont un petit peu des mesquineries. Moi je serai content que ça marche. Si on a besoin de mes conseils je les donne. Si on n’en veut pas, je vais au match et c’est tout.

 

20 Minutes

 

:evilfuck:

Edited by M.A.T92i

Share this post


Link to post
Share on other sites

  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

×
×
  • Create New...