Aller au contenu
ForumPSG.com
Goret

Cyclisme !!!!!

Recommended Posts

Invité
Cyclisme - TDF 2009 - Armstrong avec Astana

[Armstrong a confirmé son retrour. (L'Equipe)]

 

C'est donc désormais officiel. Lance Armstrong va disputer le prochain Tour de France avec l'équipe kazakh, Astana. L'Américain a confirmé l'information mercredi au cours d'une conférence de presse donnée à New York. Il a par ailleurs précisé qu'il comptait débuter sa saison en Australie puis viendront les courses en France. Le sextuple vainqueur de la Grande Boucle a prévu de donner une deuxième conférence de presse jeudi à Las Vegas où il devrait dévoiler son projet sportif de manière plus précise.

 

Le Texan a pris la parole à l'ouverture de la quatrième "Initiative mondiale Clinton", un forum créé en 2005 par l'ancien président Bill Clinton pour réfléchir aux grands défis mondiaux dans les domaines de la santé, de l'éducation ou du réchauffement climatique. «22.000 personnes meurent du cancer chaque jour dans le monde, et c'est un problème de santé mondiale, nous pourrions sauver un tiers de ces vies avec les traitements dont nous disposons», a-t-il déclaré.

 

Un peu plus tôt dans la journée, le vice-président de la Fédération kazakh Nikolai Proskurin avait déjà annoncé que l'Américain allait s'engager avec la formation Astana. «Armstrong va annoncer sa décision de rejoindre notre équipe lors d'une conférence de presse», a t-il affirmé «Ce dossier est un dossier résolu.»

 

Et Proskurin de poursuivre : «Je crois qu'Armstrong va devenir un nouvel emblème sportif pour le Kazakhstan» a ajouté le vice-président. «C'est un grand sportif et un homme courageux et il va être un excellent exemple pour les talents montants du Kazakhstan.»

 

Concernant les éventuels problèmes de cohabitation avec Armstrong et l'actuel leader d'Astana, Alberto Contador, Proskurin a précisé que le Texan partagerait le leadership avec le récent vainqueur du dernier Tour d'Espagne. «Actuellement, il y a une certaine tension dans l'équipe mais j'espère que nous pourrons garder la situation sous contrôle», a souligné Proskurin. «Armstrong ne sera pas la seule star, il sera l'un des leaders de l'équipe.» (Avec AFP)

 

équipe.fr

  • Downvote 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Armstrong, le Tour avec Astana

 

Lance Armstrong a tranché. Il courra l'an prochain le pour l'équipe Astana. Depuis l'annonce de son retour à la compétition, le Texan n'a cessé d'alimenter la chronique. En marge du congrès de la fondation Bill Clinton, le septuple vainqueur du Tour a levé le voile sur certaines incertitudes.

 

 

"Je peux vous dire que je courrai en 2009 dans l'équipe Astana" : Lance Armstrong a annoncé à New York ce mercredi qu'il allait participer au Tour de France en 2009 avec Astana. "Je vais essayer d'être aussi prêt que possible. Je ne sais pas si cela suffira pour gagner. En 2001 je pouvais dire, oui, je vais gagner, ou je veux gagner. Je ne peux pas le dire aujourd'hui. Oui j'ai une certaine confiance, mais pas jusqu'à une telle affirmation", a rajouté l'Américain, lors de la conférence de presse organisée en marge du forum "Initiative mondiale Clinton" qui avait eu lieu quelques heures plus tôt.

 

Son programme

 

Dès l'annonce du retour à la compétition du septuple vainqueur de la Grande Boucle début septembre, des informations sur son programme de course filtraient. Ce serait d'abord le Tour de Californie en février, puis Paris-Nice en mars, le Tour de Géorgie en avril et le Dauphiné en juin pour finir avec le Tour de France en juillet. Ces derniers jours, Armstrong lui-même esquissait les contours de sa saison 2009 en annonçant qu'il épinglerait à nouveau un dossard en janvier sur les routes australiennes du Tour Down Under, plus jeune épreuve du Pro Tour. "Le meilleur moyen (de sensibiliser au danger du cancer), c'est de courir un peu partout. En Europe, en Amérique, mais aussi en Afrique du Sud et en Australie", a-t-il expliqué pour justifier ses futurs déplacements exotiques. Si l'on fait les comptes, le Texan comptera donc 38 jours de course au départ du Tour à Monaco. Un peu au dessus de ce qu'il affichait avant ses sept succès mais, trois ans après, il lui faut sans doute au moins ça pour retrouver le rythme de la compétition.

 

Ses ambitions sur le Tour de France

 

Difficile d'imaginer Lance Armstrong revenir pour faire de la figuration. Auréolé de sa gloire passée, le Texan a plus à perdre qu'à gagner à revenir sur la scène du cyclisme international. Sauf à gagner la Grande Boucle une huitième fois et réussir du même coup le come back le plus spectaculaire de l'histoire du sport. Après avoir annoncé haut et fort qu'il venait pour "remporter un 8e Tour de France", Armstrong, moins sûr de son coup, s'est ravisé. "C'est une erreur de dire que je reviens pour gagner un huitième Tour de France. D'abord, je n'en ai pas besoin. Ensuite, je suis quand même resté trois ans sans courir. Dans un an, j'aurai 37 ans, presque 38..." Un moyen, sans doute, de ne pas trop se mettre la pression.

 

Son équipe

 

Sans surprise, Lance Armstrong portera l'an prochain les couleurs de la formation Astana. Alors que l'équipe de Johan Bruyneel avait dans un premier temps démenti les allégations médiatiques qui voyaient le Texan atterrir au sein de l'effectif de la formation kazakho-luxembourgeoise, c'est bien chez son mentor de toujours que le septuple vainqueur du Tour courra en 2008. Après qu'Armstrong ait fermement rabroué l'improbable hypothèse Katusha, c'est la Quick-Step qui a fait le forcing pour l'enrôler mais Patrick Lefevere n'avait manifestement pas les arguments, notamment affectifs, de son compatriote Bruyneel. "Avec Astana, j'ai une équipe à ma disposition et il est impensable qu'il roule pour quelqu'un d'autre" avait argumenté, peu avant la confirmation du recrutement du Texan par Astana, celui qui l'avait dirigé lors de ses sept succès hexagonaux au sein des équipes US Postal et Discovery Channel. Dans l'effectif de sa future équipe, Armstrong retrouvera de vieilles connaissances. Le Luxembourgeois Benoît Joaquim (2000, 2002) ainsi que les Espagnols Benjamin Noval (2004, 2005) et José-Luis Rubiera (2001 à 2005), qui est revenu sur sa volonté de partir à la retraite à l'annonce du retour de son ancien leader, furent en effet tous trois de plusieurs des campagnes victorieuses de l'Américain.

 

Le cas Contador

 

La signature de l'Américain chez Astana va poser un problème de taille du point de vue du management sportif. Comment, en effet, réussir à faire cohabiter dans une même équipe Lance Armstrong et Alberto Contador? Le jeune espagnol, qui vient de rentrer dans l'histoire en devenant le cinquième coureur de l'histoire à remporter les trois grands tours, ne souhaitent pas devenir le supplétif du Texan. "Ce serait assez compliqué. Je crois que j'ai conquis le droit d'être leader d'une équipe sans avoir à lutter pour le poste. (...) Avec Armstrong, il pourrait y avoir des situations difficiles où l'équipe aurait à travailler en sa faveur et cela me porterait préjudice". Sous contrat avec Astana jusqu'en 2010, le vainqueur de la dernière Vuelta pourrait être tenté d'aller voir ailleurs si toutes les garanties d'un partage équitable des rôles ne lui sont pas données. "J'ai reçu une bonne quantité d'offres d'autres équipes" , précise le Castillan qu'Astana souhaiterait conserver dans son effectif. Nikolai Proskurin, le vice-président de la fédération kazakh de cyclisme, conscient qu'à 25 ans Contador incarne l'avenir de l'équipe, a ainsi cherché à rassurer l'Espagnol en désublimant le retour de l'Américain. "Armstrong ne sera pas la seule star, il sera l'un des leaders de l'équipe", a déclaré Proskurin en espérant être entendu par Contador.

 

Armstrong et le dopage

 

"Je n'ai jamais triché et je ne tricherai pas en 2009, jure l'Américain. Mais si des gens disent, il prend des trucs qu'on ne peut pas trouver, je ne peux pas lutter contre ça. En tout cas, je me soumettrai au programme anti-dopage comme je l'ai toujours fait. Je veux que tout soit transparent," déclarait fermement il y a peu Lance Armstrong. Bien que fortement soupçonné de s'être adonné à des pratiques illicites pendant sa carrière, le Texan n'a jamais été convaincu de dopage. Christian Prudhomme, auprès duquel Armstrong n'a jamais été en odeur de sainteté, n'a ainsi pas pu s'opposer au retour du septuple vainqueur du Tour sur la Grande Boucle. "Dès lors que son équipe et lui-même se soumettront aux règles, concernant notamment le dopage et l'antidopage dont la perception a beaucoup évolué ces dernières années; dès lors qu'il sera au sommet, on l'acceptera" estimait il y a une quinzaine de jours le directeur du Tour de France. Conscient de son image sulfureuse et certain que son retour suppose une irréprochabilité en la matière, Armstrong a ainsi révélé qu'il se soumettrait à un programme complet supervisé par le professeur Don Catllin.

 

Corentin DUPREY / Eurosport

 

 

:D:D

 

J'ai jamais triché

 

:D:yes:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Information L'Equipe : Bernhard Kohl (Gerolsteiner, photo L'Equipe), troisième du Tour de France et vainqueur du maillot à pois de meilleur grimpeur, est le quatrième coureur contrôlé positif à la CERA (EPO à effets retard) par le Département analyses de l'Agence française de lutte contre le dopage (AFLD).

 

Après les Italiens Riccardo Ricco (déjà positif au niveau urinaire) et Leonardo Piepoli, co-équipiers chez Saunier-Duval, l'Allemand Stefan Schumacher (Gerolsteiner lui aussi), l'Autrichien est donc tombé comme les autres par le biais des tests sanguins réalisés a posteriori et conjointement dans les laboratoires de Lausanne et à celui de Châtenay-Malabry.

 

Si la contre-expertise devait confirmer les résultats de l'échantillon A, le coureur de la Gerolsteiner, qui avait été particulièrement ciblé par les responsables des contrôles lors de la course en raison de ses paramètres sanguins suspects, encourt une suspension de deux ans et pourrait perdre sa place de troisième du Tour au bénéfice du Russe Denis Menchov (Rabobank) et céder son maillot à pois à... Carlos Sastre (CSC), le vainqueur du Tour.

 

:ptdr:

  • Upvote 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

allé plus que deux, et t'as le maillot jaune Denis!!!

 

ce qui est génial avec le tour, c'est que 6 mois après l'épreuve on ne sait toujours pas qui a gagné

  • Upvote 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
allé plus que deux, et t'as le maillot jaune Denis!!!

 

ce qui est génial avec le tour, c'est que 6 mois après l'épreuve on ne sait toujours pas qui a gagné

Plus que 356, et c'est undone le vainqueur

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Cyclisme: l'association des coureurs estime injuste le boycott des medias allemands

 

 

PARIS (AFP) - L'Association internationale des coureurs (CPA) a estimé dans un communiqué "très injuste et pour le moins irréfléchi" le boycott du cyclisme fait "par certains médias" à la suite des récentes affaires de dopage.

 

Sans les citer, le CPA vise les chaînes allemandes de télévision ZDF et ARD, qui ont annoncé la semaine dernière leur décision de ne plus retransmettre en direct le Tour de France.

 

L'association des coureurs, présidée par Cédric Vasseur, réaffirme "son soutien absolu" à la politique antidopage actuelle menée par "les coureurs, l'Union cycliste internationale (UCI), les fédérations nationales, les organisateurs et les équipes".

 

En soulignant qu'une "lutte sans merci a été déclarée aux tricheurs", l'association des coureurs estime que "les victimes de ces actes individuels et irresponsables sont encore et toujours les coureurs propres".

 

"Que peuvent faire de plus ces coureurs pour démontrer leur bonne foi ?", interroge-t-elle en énumérant les mesures (contrôles inopinés pour le passeport biologique, adhésion au système de localisation ADAMS, contrôles d'après-course, carnet de santé, financement de la lutte antidopage).

 

"Les cyclistes trouvent très injustes et pour le moins irréfléchies les décisions prises, par certains médias et organisateurs, de boycotter un sport qui a le courage d'affronter le fléau du dopage et qui sanctionne de plus en plus durement les athlètes qui ne respectent pas l'éthique sportive", insiste le CPA en regrettant "que tous les autres sports ne suivent pas cette voie de transparence et de tolérance zéro en matière de lutte antidopage".

 

 

:lol:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ca sera retransmi sur Eurosport quand meme en Allemagne, chaine gratuite pas comme sur la TNT francaise. Donc à la limite les amateurs de velo s'en foute.

 

Je trouve la decision pas mal, pas besoin de payer les droits de retransmission avec de l'argent publique pour un évenement qui perd quand meme en credibilité avec les resultats jamais certains (sauf ceux des controles...).

  • Upvote 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Tour de France - Départ de Rotterdam en 2010

 

 

Après Londres en 2007 et Monaco en 2009, Rotterdam accueillera le départ du Tour de France en 2010 pour la 97e édition. C'est la 5e fois dans l'histoire que la Grande Boucle s'élancera des Pays-Bas après Amsterdam (1954), Scheveningen (1973), Leiden (1978) et 's-Hertogenbosch (1996).

 

 

L'édition 2010 du Tour de France partira de la ville néerlandaise de Rotterdam, a annoncé jeudi la société organisatrice. Ce Grand départ de la 97e édition du Tour, qui aura lieu le 3 juillet 2010, sera présenté le 11 décembre à Rotterdam, a ajouté l'organisateur (ASO). L'an prochain, le Tour de France s'élancera de Monaco. Rotterdam, premier port européen, a été préféré à une autre ville néerlandaise, Utrecht, dont la qualité de candidature a été saluée par les responsables du Tour.

 

Dans une première sélection, les organisateurs avaient également retenu la ville allemande de Dusseldorf, qui s'est ensuite désistée. "La candidature de Rotterdam s'inscrit dans le droit fil de celle de Londres en 2007", a déclaré à l'AFP Christian Prudhomme, directeur du Tour de France, en faisant référence au succès phénoménal du départ donné dans la capitale britannique.

 

"Rotterdam est une grande métropole, avec l'assurance d'un grand succès populaire, et fait tout pour que les gens se déplacent à vélo. C'est dans cet esprit qu'elle souhaite avoir le Grand départ du Tour", a ajouté Christian Prudhomme en évoquant le thème choisi par les dirigeants de Rotterdam, "une nouvelle énergie".

 

 

La ville natale d'Erasme

 

Ce départ des Pays-Bas est le cinquième dans l'histoire centenaire du Tour. Amsterdam, première ville étrangère à accueillir le départ de la Grande Boucle en 1954, Scheveningen (1973), Leiden (1978) et 's-Hertogenbosch (Bois-le-Duc, 1996) ont précédé Rotterdam sur cette liste. La ville natale d'Erasme, qui est devenue l'un des symboles de l'avant-gardisme architectural, a reçu le Tour une seule fois, en 1973, pour une étape gagnée par le Belge Willy Teirlinck.

 

"Jamais les organisateurs du Tour de France ne s'étaient trouvés confrontés à un tel dilemme: devoir choisir entre deux villes candidates à un Grand départ aussi proches l'une de l'autre, Rotterdam et Utrecht. Chacune d'elle a les atouts pour recevoir un Grand Départ et les dossiers de candidature étaient d'excellente qualité. Nous espérons que la municipalité d'Utrecht, qui a démontré son enthousiasme et sa passion, sera de nouveau candidate pour un Tour prochain", a déclaré l'organisation du Tour dans un communiqué.

 

"Le choix s'est porté sur Rotterdam pour deux raisons essentielles: d'abord parce que, dans le sillage de Londres, Rotterdam marque une sorte de continuité dans l'utilisation de l'image du Tour au coeur d'une métropole pour promouvoir le vélo comme moyen de déplacement citadin. Ensuite, parce que sa situation géographique s'inscrit parfaitement dans le tracé que nous envisageons pour 2010", a ajouté ASO.

 

AFP

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

40fd44473ab3469bd98af4ecf0158d98.jpg

 

newsmlmmd.9bbbeda5aa6a35b6e16cbb99c2b40738.7710b.jpg

 

280657504.jpg

 

848512078.jpg

 

 

Paris-Roubaix - Boonen: "La plus belle"

Eurosport - lun, 13 avr 10:43:00 2009

Vainqueur en costaud sur le vélodrome de son 3e Paris-Roubaix, Tom Boonen considère sa victoire comme "la plus dure" mais aussi "la plus belle". Promettant au passage de chercher à égaler le record de son compatriote Roger de Vlaeminck, le Belge va fêter son succès en mangeant "une frite".

 

TOM BOONEN, peut-on dire que cette troisième victoire est probablement la plus accomplie de vos courses, votre chef d'oeuvre ?

 

T.B.: C'est vrai. C'était la plus dure des trois. Parce que je chute dans le troisième secteur pavé, et j'ai eu vraiment mal à la jambe et au bras gauche, parce qu'ensuite ça a été très dur dans ma tête, et que je n'étais pas dans un bon jour. Dans le final, j'ai fait trente kilomètres avec une roue arrière voilée, j'ai longtemps hésité à changer de vélo, parce que ce n'était plus le bon moment pour changer. Finalement j'ai changé mais même après ça mes sensations n'étaient toujours pas bonnes. Je pense juste que les autres étaient plus mal que moi.

 

Finir seul sur le vélodrome, quelle sensation cela fait-il ?

T.B.: C'est différent (sourire). Cette victoire pour moi est la plus belle parce que j'ai battu Pozzato, qui est un grand champion. Gagner devant lui après une course comme celle-là, je crois que c'est une bonne publicité pour le cyclisme. Pour moi, c'est un honneur de gagner Paris-Roubaix trois fois, et évidemment je reviendrai pour essayer de gagner une quatrième fois.

 

Sur le final, saviez-vous où étaient vos adversaires, avez-vous vu Hushovd chuter ?

T.B.: Juste avant le carrefour de l'Arbre, Hushovd a attaqué. J'ai réagi. On s'est retrouvés à deux, mais j'étais devant lui quand il est tombé, je n'ai pas vu sa chute. Sur la section pavée, on ne peut pas regarder derrière soi. Avec le bruit des spectateurs, je n'entendais pas ma radio. En sortant des pavés, je me suis retourné, j'avais cinq ou dix secondes d'avance sur Pozzato. Je me suis dit: j'y vais, je gagne ou je perds mais je prends seconde après seconde. Ce n'est que sur la fin, sur les cinq derniers kilomètres, que j'ai de nouveau connu les écarts. Quand j'ai entendu que j'avais 24 secondes d'avance, je me suis dit ok, c'est pour moi.

 

Paris-Roubaix est-elle vraiment une course taillée pour vous?

T.B.: Paris-Roubaix est juste une très longue journée. L'important c'est de ne pas mourir. De survivre, survivre, survivre... en dépensant le moins possible d'énergie.

 

Aviez-vous une énorme pression au départ pour gagner?

T.B.: "Moins que l'an dernier je pense. L'an dernier, Paris-Roubaix était ma dernière chance de gagner une grande course. Cette année, je réussis une très belle saison depuis le début. Et cette victoire est plutôt une cerise sur le gâteau. Ma saison était divisée en deux parties: la première partie culminait cette semaine. C'est réussi. Maintenant je vais me concentrer sur les grandes courses à étapes à venir. Mon objectif est de ramener une nouvelle fois le maillot vert du Tour de France."

 

Comment allez-vous fêter cette victoire?

T.B.: Je vais manger une frite! (rires)

 

:love::love::love:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Lorsqu'il est venu donner quelques coups de pédales dans les alentours de Nice, mi-mars, pour préparer son retour sur le Tour de France cet été, Lance Armstrong ne se doutait pas qu'un médecin de l'Agence française de lutte contre le dopage (AFLD) irait frapper à sa porte pour lui prélever quelques gouttes de sang, d'urine et des mèches de cheveux. En le faisant attendre 20 minutes avant de se soumettre au contrôle, le septuple vainqueur de la Grande Boucle, qui dit avoir été contrôlé 24 fois depuis le début de la saison, n'était en revanche pas censé ignorer qu'il s'exposait à une procédure disciplinaire pour violation des règles antidopage.

 

Dans un communiqué rendu public jeudi 9 avril, l'AFLD, précise que, selon le rapport du médecin assermenté, le coureur américain, "pourtant prévenu de manière réitérée par le préleveur, n'aurait pas respecté l'obligation de demeurer sous l'observation directe et permanente de la personne chargée du contrôle". Cette obligation, prévue par le code mondial antidopage, vise notamment à empêcher un sportif de substituer à son urine celle d'un autre avant de se soumettre à un contrôle inopiné. Lance Armstrong avait déclaré mardi 7 avril qu'il était allé se doucher car il rentrait d'une séance d'entraînement, avant de mettre en cause "l'attitude incorrecte du laboratoire français et des agences françaises antidopage". Selon nos informations, l'AFLD devrait décider dans les prochains jours si elle ouvre une procédure disciplinaire. L'Américain, qui tente un come-back à 37 ans et se remet d'une fracture de la clavicule, risque une suspension qui pourrait le priver du Tour (4-26 juillet).

 

 

Stéphane Mandard

 

 

:lol:

 

depuis qu'il est revenu je le kiffe :lol::love:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Denis Menchov est le nouveau leader du Tour d'Italie. Le Russe a remporté la 12e étape jeudi, sur les 60 kilomètres du contre-la-montre si redouté entre Sestri Levante et Riomaggiore. Menchov s'empare du maillot rose avec 34 secondes d'avance sur Danilo Di Luca et 40 sur Levi Leipheimer (Astana).

 

:love::love::love:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Tres beau parcours que ce long CLM quand meme :)

 

Ca va etre serré serré comme souvent dans le Giro pour la victoire finale !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Interrogé sur le lien éventuel entre sa maladie et le dopage, la prise d'amphétamines et de cortisone durant sa carrière de coureur, qu'il évoque dans son livre, Laurent Fignon a répondu: «Je ne vais pas dire que cela n'a pas joué. Je n'en sais absolument rien. C'est impossible de dire oui ou non. D'après les médecins, apparemment non».

«J'ai expliqué franchement (aux médecins) ce que j'avais fait dans ma carrière, ils m'ont dit ''ça ne peut pas être ça. Ce serait trop simple''. Et puis il y a en avait des dizaines, parce qu'à mon époque, tout le monde faisait la même chose, comme aujourd'hui tout le monde fait la même chose», a-t-il ajouté.

«On n'a pas de recul sur le dopage, a souligné l'ancien coureur. Etre sûr et certain que cela ne fait pas mal, c'est impossible à dire. Etre certain que tous ceux qui ont vécu l'époque 1998, où il y avait beaucoup d'exagérations, ne développeront pas un cancer dans dix ou vingt ans, je n'en sais rien. On le saura plus tard».

 

Retour de bâton ??

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×